Reconstituer les dynamiques culturelles grâce au Web Sémantique

  • accueil ok
  • folioscope

accueil okLe projet Sharing Ancient Wisdoms présente une collection de textes relatifs à l’ancienne tradition de la “littérature de sagesse” : les collections d’aphorismes et autres textes philosophiques et savants. L’ambitieux projet a pour but de mettre à disposition sur une même plateforme, un échantillon représentatif de cette littérature présente au Moyen Orient et en Europe. Comme l’explique les concepteurs dans la partie “about” du site, seulement une mince partie de l’ensemble des textes a été publiée sur le site, un focus particulier s’est porté vers cinq textes permettant de comprendre la circulation des idées entre Grec et Arabe.

Il s’agit d’un projet finançé par le réseau de recherche “The Humanities in the European Research Area”, et soutenu par trois institutions européennes : le King’s College de Londres, le Newman Institute à Uppsala, et l’Université de Vienne. Publié en 2013, il a nécessité trois ans de travail pour ses trois unités de recherche. Des apports documentaires sont toujours en cours. L’ensemble des contenus est disponible sous une Licence CC BY-NC-SA 3.0, il est donc possible d’adapter et remixer les contenus, sous une forme non-commercial tout en republiant son projet avec la même licence que Sharing Ancient Wisdoms.

folioscope

Ci-dessus, l’interface du folioscope.

Cartographier et mettre en réseau la Wisdoms literature

Dans un premier temps, les concepteurs se sont attachés à collecter et présenter les textes afin de faciliter leurs comparaisons. C’est grâce au developpement d’un lecteur de texte (le folioscope) qui permet de visualiser plusieurs textes dans la même page, de bénéficier d’un index des noms propres/lieux, et d’une multitude de fonction d’édition, que les comparaisons sont possibles. Cette interface est la principale porte d’entrée dans la découverte des contenus car elle permet d’être au plus près du texte. Technologiquement, ce qui fait l’intérêt du projet est son utilisation des protocoles et outils du web sémantique appliqués à l’analyse littéraire. Tout texte est alors extremement structuré (en XML TEI) et lié à d’autres textes et ressources (triplet RDF suivant les recommandations du Linked Open Data), les liaisons entre les items sont définies dans une ontologie détaillée (OWL), les identifiants des textes (URN) sont clairement normés grâce au protocole CTS. L’ensemble des technologies et méthodologies utilisées sont documentées dans l’onglet Methodology du site.

Un deuxième outil peut être utilisé pour naviguer dans les textes : le visualisateur de graph RDF, Relfinder. Cet outil rajoute un degré d’abstraction, ce qui permet de prendre de la distance par rapport au texte, mais on peut sérieusement questionner sa pertinence. Relfinder permet normalement de comprendre les liaisons entre les différents items (textes, personnes, lieux…). Le problème principal est que l’outil ne fonctionne pas avec un algorithme de spatialisation qui permettrait rapidement de naviguer et de révéler des liaisons entre items. Lorsque l’on lance une requête, les noeuds apparaissent en forme de spirale infini, et une fois la requête exécutée, les noeuds continuent de naviguer dans l’interface sans s’arrêter.

 Suivant les principes du Linked Open Data, des bases de données externes et préexistentes au projet ont été intégrées. C’est le cas par exemple de la base de données des lieux antiques :  Pléiades. Dans le corps des textes, des liens hypertextes relient les noms de villes à la carte de Pléiades, cette carte comprends par exemple que Byzance est devenu Constantinople, qui elle-même correspond maintenant à Istanbul.  On voit ici tout l’intérêt du web sémantique, chaque nouveau projet peut utiliser les contenus ou infrastructures de projets plus anciens, tout n’est pas à recommencer à chaque nouveau projets, et chaque élément peut être potentiellement lié à un autre, ce qui enrichit le “sens” de chaque item. On peut imaginer, qu’un nouveau projet prôche de Sharing Ancient Wisdoms réutilise ses contenus ou protocoles. Les concepteurs de ce nouveau projet pourraient par exemple interroger la base de sonnées de SAWS (via le endpoint SPARQL) afin de rapidement, trouver les informations pertinentes pour leur entreprise.

 

Entre close readings et distant readings

La pléthore d’outils disponibles permet d’imaginer des usages assez differents de la plateforme. Un chercheur en histoire ancienne peut seulement utiliser le folioscope et travailler sur les textes via cette interface. Un humaniste numérique, plus familier de la programmation, pourra aller interroger la base de données, extraire des contenus (via les feuilles de style XSLT) et par exemple, lier ses contenus avec son projet en cours. Les données de SAWS sont alors à la fois des textes interprétables (à étudier), et des informations traitables (réutilisables par des tiers, soumis à un nouvel éclairage grâce à leurs réutilisations). Le projet allie donc à la fois des utilisations de close readings, comme dans l’analyse littéraire “classique”, et des utilisations de distant readings grâce à la computation des textes et l’utilisation du web sémantique. On peut observer l’objet de près ou sa place dans un ensemble plus vaste. Le projet Sharing Ancient Wisdoms est alors intéressant car il force l’usager à ne pas seulement visualiser un texte mais également à naviguer entre les différentes facettes, les différentes “réalités” de ces textes. La seule visualisation des textes devient moins importantes que la confrontation et la navigation dans un paysage de données ( a datascape soit les différents jeux de données)

 

Reconstituer les dynamiques culturelles

Nous pouvons maintenant catégoriser les principaux enjeux du projet :

  • Collecter, comparer, cartographier les idées et opinions de la Wisdoms literature.
  • Comprendre la formation et transmission des idées à l’intérieur dans la société Grec et Arabe, et entre ses sociétés.
  • Explorer les dynamiques culturelles, l’héritage du monde ancien sur l’identité de notre monde contemporain.

Le projet est trop récent pour pouvoir rendre compte de son utilisation, mais plusieurs blogs permettent de collecter des retours-d’expériences.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *