The open Utopia : Un exemple d’édition sociale

  • photo1-150x150

photo1-150x150

Ce billet  évoque  de la version en ligne du livre de THOMAS MORE intilué « UTOPIA »

Ce livre a été publie en 1515 en latin chez l’éditeur Thierry Martens. Il a connu différentes éditions avant d’être mis en ligne à travers le site http://theopenutopia.org/

Ainsi ces différentes éditions qu’a connue le livre notamment l’édition originale de Louvain, 1516, édition de Paris, 1517, première édition de Bâle, mars 1518 et seconde édition de Bâle, nov. 1518  montre aussi en parallèle l’évolution des moyens de diffusion des savoirs. La première édition était sous forme de manuscrit. Cependant toutes ses éditions n’offraient pas une utilisation optimale du contenu dans la mesure où il n’y a pas de possibilités d’interagir sur le texte, l’utilisateur se contente uniquement de lire le contenu pour comprendre.C’est dans les soucis de combler ce vide marqué par une absence de communication sur le livre et d’enrichissement de contenu que la version en ligne est publiée.

Ainsi quels sont les avantages issus de  la mise en ligne du texte de l’Utopie de Thomas More ? En d’autres termes qu’apporte de nouveau « The open utopia » dans l’enrichissement et la diffusion de l’Utopie ?

The open utopia est tout d’abord un site web qui diffuse l’utopie de Thomas More. Il offre plusieurs fonctionnalités notamment une diversité de supports, un espace utilisateur, et un espace de multimédia.

Le premier aspect du site est la possibilité qui est offerte aux utilisateurs de pouvoir écrire sur le texte. C’est un aspect important puisqu’il permet aux utilisateurs d’apprécier des passages du texte d’y publier des articles et le modifier. En gros ils peuvent apporter leur contribution sur le contenu. Cependant l’inconvénient est que certaines personnes peuvent modifier des passages sans y mettre un contenu pertinent.

Puis l’autre possibilité est de pouvoir lire, télécharger le texte mais aussi de discuter sur certains thèmes. La lecture peut se faire de manière séquentiel l’utilisateur peut faire une recherche et choisir la partie qu’il veut lire. Dans ce même onglet du site l’utilisateur peut acheter le document et il n’a pas besoin de se rendre dans une librairie pour se le procurer. Donc ‘utilisateur est intégrée dans la mise en place du dispositif . Il est aussi possible de le télécharger sous plusieurs formats notamment un format TXT, EPUB et PDF. Cette diversité de format est un aspect important car il tient compte  toutes les utilisations que l’on peut en faire mais aussi des outils de lecture de documents ( ordinateur, Ipad et Iphone etc).

Discussion sur le livre : book social

C’est l’un des symboles du volet social du site dans la mesure où il offre aux utilisateurs la possibilité de pouvoir partager des points de vue sur le texte via différents médias. Soit par vidéo ou par audio. C’est un aspect important qui prouve le développement des technologies du web et il  permet de faciliter la rencontre entre les utilisateurs et le savoir. On peut en outre créer un club de lecture et  aussi invité des personnes à lire le texte. Cependant bien qu’il soit un aspect social qui permet de lire et d’effectuer des travaux collaboratifs sur le texte, le problème se trouve qu’il requiert un compte google ou un compte facebook pour accéder à ce service.

Ecrire sur le livre :create on Wikitopia

Comme Wikipedia, cette encyclopédie qui est alimenté par les utilisateurs, sur lequel les personnes publient et modifient des contenus.

Wikitopia est un aspect très important que propose le site « the open Utopia ». Il  permet  de décentraliser l’édition et de le rendre beaucoup plus démocratique. Il permet aux utilisateurs du site  de modifier et d’éditer des passages du texte. Autrement dit on peut créer son propre Wikitopia sur certaines parties voire chapitre  du texte. Cependant l’inconvénient est toujours le problème de la fiabilité des contenus publiés.

La médiathèque  dans « the open utopia »

Le site propose une fonctionnalité que l’on peut considérer une médiathèque dans la mesure les données sont présentées sous forme de multimédias.

Dans un premier temps on peut écouter tout le texte avec la possibilité de choisir la séquence souhaitée. (http://theopenutopia.org/listen/). C’est un aspect important qui témoigne une édition beaucoup plus social dans la mesure où il permet de toucher toutes les couches notamment les handicapés visuels et d’enrichir les possibilités de diffusion des connaissances.

Ensuite on peut regarder les photos de Thomas et les versions numérisées des anciens textes de l’utopie sous forme d’image. C’est un aspect qui permet de se rendre compte de l’évolution des moyens de diffusion et de productions des textes allant du support papier au support numérique. (http://theopenutopia.org/look/). Ainsi ces fonctionnalités sont obtenues  en utilisant HTML et des feuilles de style de type CSS.

Et en dernier le site offre aux utilisateurs la possiblité d’envoyer des liens qui enrichissent la médiathèque c’ext à dire proposer des images, des vidéos et des audios ayant en rapport avec l’utopie et avec Thomas More aussi.(http://theopenutopia.org/rethink/ )

En somme « the open Utopia » est la mise en ligne sous forme de site web l’utopie de Thomas More. Il offre des possibilités qui vont dans le sens d’enrichir le contenu, de communiquer autour du texte en plaçant l’utilisateur au cœur du dispositif. L’architecture de l’information  du site notamment l’organisation et la structuration des informations est faite pour répondre aux exigences du web 2.o où l’utilisateur est un maillon essentiel dans la création et diffusion des contenus.

Références bibliographiques      1)http://classiques.uqac.ca/classiques/More_thomas/l_utopie/utopie_Ed_fr_1842.pdf

2)http://www4b.ac-lille.fr/~scc/fichiers/p5/utopie_dossier.pdf

3)http://theopenutopia.org/

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Loup Cellard dit :

    Merci Mouhamadou pour ce billet !
    « Le premier aspect du site est la possibilité qui est offerte aux utilisateurs de pouvoir écrire sur le texte. » –> De quel ordre sont ses contributions ? S’agit-il de glose (commentaires), d’enrichissements (contextualisation), ou de lier des parties du livre vers des url (ressources en ligne) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *