La numérisation des archives Desanti

Le 30 novembre dernier, nous avons eu le plaisir d’assister à une intervention de David Wittmann et de Pierre-Édouard Portier (respectivement administrateur du Labex COMOD et maître de conférence à l’INSA) au sujet de la numérisation des archives du philosophe et épistémologue, Jean-Toussaint Desanti.

Cette numérisation est le fruit d’une collaboration entre l’IMEC (L’Institut mémoires de l’édition contemporaine) à qui les archives ont été confiées, et l’ENS de Lyon, en charge de leur valorisation intellectuelle.

Ces archives se composent essentiellement d’un ensemble de cahiers comportant des inserts (feuillets supplémentaires, lettres) et de très nombreux dossiers contenant divers documents et notes. Certains manuscrits correspondent à l’œuvre publiée de Desanti (articles, ouvrages…), d’autres à des projets de livres ou d’articles restés inédits et à des notes de cours. Elles représentent un ensemble évalué à plus de 60 000 pages.

Un travail d’archéologue

Une campagne de fouille a été menée dans les locaux personnels du philosophe et des archives de 2004 à 2008 ont ainsi pu être retrouvées. La situation et l’organisation matérielles des pièces se trouvaient dans un état de désordre considérable, Desanti lui-même ne s’étant pas soucié de l’organisation de ses notes.

Un désordre interne d’abord : une même pochette contient des feuillets désordonnés mais également des projets qui se chevauchent, dont la numérotation est souvent contradictoire. Un désordre externe ensuite : les éléments d’un même projet peuvent être dispersés dans différentes pochettes. A cela, s’ajoute un chevauchement chronologique : à l’intérieur d’une pochette peuvent se trouver des pièces qui n’ont pas été rédigées à la même époque.

Numériser en “l’état”

Dans un tel contexte, le reclassement physique est synonyme d’une perte d’informations tant pour le contenu même d’une pochette que pour l’archive en général. C’est pourquoi il a été décidé de numériser l’archive en l’état, via une procédure documentée de numérisation et de nommage des fichiers image.

L’un des objectifs était de mimer numériquement la structure physique de la pochette, de retrouver l’organisation initiale des pochettes et des inserts contenus dans les cahiers.

Pour parvenir à cela, un scanner de livres a été utilisé. Il a également fallu constituer une méthodologie, incluant la création d’une hiérarchie des documents ainsi qu’une arborescence.

La conception d’une interface, permet quant à elle, de travailler sur les images issues de la numérisation (transcription, annotation, reclassement, datation). Le travail suit alors différentes étapes : reclassement des feuillets au sein d’une même pochette, reclasser les pochettes entre elles, dater les pièces d’archives et, enfin, resituer le contexte d’écriture.

L’ingénieur-philosophe

Cette numérisation permet, au-delà de la préservation des archives du philosophe, de réaliser une véritable analyse intellectuelle de son oeuvre, de cerner d’avantage sa pensée.

Il faut bien saisir qu’un tel travail ne peut faire l’économie d’un analyse approfondie de la pensée même de Desanti, de sa progression, de sa contextualisation ainsi que dans son inscription plus large dans l’histoire de la philosophie et de ses différents paradigmes. Une fois de plus, une telle entreprise de numérisation nous montre à quel point les humanités numériques ne sauraient se réduire à leur aspect technique. Il n’y a pas d’un côté l’ingénieur et, de l’autre, le philosophe. Faire de l’histoire de la philosophie aujourd’hui, c’est-à-dire reconstituer un système complexe d’idées, de positionnement et de doctrines pour le rendre accessible à la recherche, relève autant du faire que du penser.

Ghita Benotmane et Emmanuelle Ouine


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 04/01/2013

    […] Une fois de plus, une telle entreprise de numérisation nous montre à quel point les humanités numériques ne sauraient se réduire à leur aspect technique. Il n'y a pas d'un côté l'ingénieur et, de l'autre, le philosophe.  […]

  2. 17/01/2013

    […] séance dédiée à la numérisation des fonds d’archives (voir également le billet consacré à la numérisation des archives personnelles du philosophe J.-T. Desanti) fut […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *