Patrik Svensson – « Humanities Computing as Digital Humanities »

Svensson, P. (2009). Humanities Computing as Digital HumanitiesDigital Humanities Quarterly3(3).

Ce billet de blog est un compte-rendu de l’article « Humanities Computing as Digital Humanities » de Patrik Svensson publié en 2009. Le lecteur de ce billet devra bien avoir l’esprit que depuis 2009, on a pu noter une certaine évolution et que la place des Digital Humanities est aujourd’hui plus grande qu’à l’époque.

Dans cet article Patrik Svensson s’intéresse plus particulièrement au « passage » des Humanities Computing à celui des Digital Humanities et comment cette nouvelle terminologie pose un débat en termes épistémiques, historiques, disciplinaires et institutionnels.

 L’héritage des Humanities Computing

Pour mieux analyser les Digital Humanities, il est indispensable de s’intéresser à l’héritage des Humanities Computing, d’une part parceque celles-ci se définissent en relation avec cette tradition mais aussi parce que certains éléments qui sont pertinents pour les Humanities Computing, le sont aussi pour les Digital Humanities. C’est pour cela que l’on ne peut pas parler ici de « rupture » mais plutôt d’un changement de perspective.

Ceci étant dit, cet héritage est peut-être assez lourd à porter et peut freiner le développement des Digital Humanities. Pour illustrer cet état de fait, il prend l’exemple de la conférence The Call for Proposals for Digital Humanities qui a eu lieu en 2009 et qui est assez révélatrice de la prédominance des Humanities Computing.

Le but de cette conférence était dans un premier temps  de proposer une définition large et relativement ouverte des humanités numériques. Ensuite, une liste de sujets était ensuite proposée afin d’avoir une approche plus spécifique. Ce que souligne Patrik Svesson, c’est qu’outre le fait qu’il était difficile de  dégager une thématique claire et précise, l’influence des Humanities Computing était bien présente notamment dans l’ordre des sujets proposés (l’analyse de texte arrivait en premier) mais aussi dans la terminologie employée : computer-based research, use of computation.

Par ailleurs, la construction « communautaire » des Humanities Computing, via la création départements universitaires, de conférences annuelles, de journaux etc. mais aussi sa construction historique a entrainé à la fois un sentiment d’identité commune et a posé deux engagements épistémiques importants à savoir la technologie de l’information comme un outil et les textes écrits comme objet d’étude.

Transition terminologique progressive vers les Digital Humanities

Progressivement les représentants des Humanities Computing s’approprient le terme de Digital Humanities. Alors même si le terme de Humanities Computing est encore largement utilisé, on peut constater cette transition terminologique à la fois dans les titres d’ouvrages, la création de sites web etc. L’expression apparaît pour la première fois dans un livre en 2004, A companion to Digital Humanities.

Autre signe important de cette évolution : La création de « Office of Digital Humanities» au sein du National Endowment for the Humanities» au Etats-Unis. (Agence fédérale indépendante qui gère des fonds pour les programmes en Sciences Humaines).

La question est maintenant de savoir si cette transition est simplement un « reconditionnement » des Humanities Computing ou si elle est au contraire le signe d’un nouveau regard, d’une nouvelle perspective ?

Discussion critique des Humanities Computing

Patrik Svensson va ensuite poser quelques points critiques quant aux Humanities Computing :

– Remise en question des Humanities Computing : approche très (trop ?) instrumentale de la technologie. Elle est vue comme un outil, on peut aider les autres à s’en servir et éventuellement en créer de nouveaux. Selon lui, il serait important de poser le débat sur ces outils, d’engager des discussions critiques afin de les améliorer, le web pouvant permettre ça (via des plateformes par exemple).

– Cloisonnement des autres disciplines : l’identité commune des Humanities Computing se base sur une méthodologie très affirmée qui ne fera pas forcément sens pour les autres disciplines. Mais est-ce qu’elles souhaitent vraiment créer du lien ?

– Les Humanities Computing se concentrent essentiellement sur l’analyse textuelle. Il y a par conséquent une tendance à mettre de côté les autres supports tels que les images par exemple. Or, les choses tendent à évoluer, le texte  n’est plus le seul média permettant la diffusion de la connaissance.

– Relier les Humanities Computing à l’étude des nouveaux media : le texte est un type de données privilégié dans les Humanities Computing. Or, il serait intéressant pour elles de s’intéresser  à d’autres objets d’études tels que les jeux vidéos, les blogs, les réseaux sociaux.

Conclusion

Patrik Svensson conclue son article en expliquant que même si il encourage l’interdisciplinarité, celle-ci n’est pas sans risque surtout quand il y a un manque d’identité stable. D’où l’importance de s’affirmer comme un véritable champ disciplinaire avec une identité propre.

Enfin, on peut noter que l’engagement de discussions sur les outils peut se rapprocher de l’architecture de l’information. On retrouve ici le paradoxe entre la notation / présentation : comment faire pour que les outils présentent des données sous la forme la plus immédiate et intuitive ?

Emmanuelle Ouine

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Marin Dacos dit :

    Attention, votre nom public est « eouine ». C’est donc le nom de l’auteur inscrit dans la base de données. Cette métadonnée fausse va se répercuter dans tout l’écosystème d’Hypothèses, puis d’OpenEdition. Lorsque vous ferez une recherche par nom, vous ne vous trouverez pas. Lorsque nous construirons un index par auteurs d’OpenEdition, vous apparaîtrez sous le nom « eouine ». Idem sur les moteurs qui vont indexer nos données structurées. Dommage, non?
    De l’importance des métadonnées et de leur circulation…
    Bien cordialement,
    Marin Dacos

  2. Jean-Philippe Magué dit :

    Merci pour votre billet !

  1. 01/11/2012

    […] Pour mieux analyser les Digital Humanities, il est indispensable de s'intéresser à l'héritage des Humanities Computing, d'une part parceque celles-ci se définissent en relation avec cette tradition mais aussi parce que …  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *