Alan LIU – « Imagining the New Media Encounter ». Compte-rendu

Liu, Alan. “Imagining the New Media Encounter.” In Companion to Digital Literary Studies (Blackwell Companions to Literature and Culture), edited by Ray Siemens and Susan Schreibman. Blackwell Companions to Literature and Culture. Oxford: Blackwell, 2008. http://www.digitalhumanities.org/companion/view?docId=blackwell/9781405148641/9781405148641.xml&chunk.id=ss1-3-1&toc.depth=1&toc.id=ss1-3-1&brand=9781405148641_brand.

Présentation DH – 27.09

Je ne nierai pas avoir eu certains a prioris de lecture en prenant connaissance du texte. Le titre est assez spielbergien ; « Imagining the New Media Encounter » sonne très « Rencontre du troisième type ». Je me dis que l’article va sans doute traiter de la rencontre improbable entre ces deux mondes que sont les études littéraires – et le numérique. Il serait donc question de choc frontal et de tentative d’apaisement, en empruntant une voie du milieu qui consisterait à « imaginer » la réconciliation.

Je me suis assez vite rendue compte que ce n’était pas tout à fait de cela qu’il s’agissait. La surprise, joliment préparée par ce titre énigmatique, est précisément ce qui rend la lecture agréable. Il ne s’agit pas d’entretenir des poncifs rabattus sur les relations houleuses que pourraient entretenir les études littéraires et le numérique. Plutôt que de proposer une hypothétique réconciliation de principe, l’article s’attelle à penser les conditions de possibilité concrètes et matérielles d’une zone de rencontre.

Or pour ce faire, il faut historiciser. Donc prendre un détour. La rencontre avec le nouveau média n’est pas le choc contemporain entre les humanités et le numérique. Ce n’est pas un événement ponctuel mais un récit, qu’on se raconte tout au long de l’Histoire à chaque fois que surgit un nouveau média. Avant d’en arriver à la littérature, il faut donc examiner comment les créatures hybrides que nous sommes, qui rencontrent le nouveau média en même temps qu’elles le font, donnent corps discursif et fantasmatique à cet encounter. L’originalité du propos tient à l’inscription de la réflexion sur la littérature numérique dans une véritable théorie des médias.

Alan LIU parle des « récits de premiers contacts » pour qualifier ces moments où un individu – ou une civilisation, d’ailleurs – se trouve confrontée à un nouveau média. Parmi plusieurs exemples, celui du Phèdre est peut-être le plus parlant. Socrate y rapporte l’opposition entre le dieu Theuth, inventeur de l’écriture, et le roi égyptien Thamous. En bon réactionnaire, Thamous ne voit là qu’une régression. Personne ne sera plus capable d’apprendre, puisque l’apprentissage est l’inscription pérenne de la connaissance en mémoire. En lieu et place de l’apprentissage, il n’y aura plus que de la réminiscence ; l’on se contenterait de faire confiance aux lettres inscrites en dehors de soi, à l’occasion desquelles on se rappellerait la connaissance, qu’on a tôt fait d’oublier une fois la lecture achevée. C’est ainsi que l’écriture devient le vecteur civilisationnel de l’oubli.

Et l’auteur d’en conclure : « New media encounters are a proxy wrestle for the soul of the person and the civilization ». Ces récits de premiers contacts, dramatisés et surdéterminés, sont autant de grilles de lectures pour rendre manifeste la complexité à l’œuvre dans la rencontre avec le nouveau média.

Le terme français de « rencontre », trop neutre, ne rend pas justice à la richesse de l’anglais « encounter », qui suggère déjà l’altérité. « Close encounter » est bien, après tout, l’expression consacrée pour qualifier l’expérience de ceux qui ont vu un OVNI. La rencontre n’est pas la butée contre une frontière mais l’incursion plus ou moins volontaire dans un pagus, au sens où l’entend J.-F. LYOTARD dans Le Différend (1984). Rencontrer un nouveau média, c’est faire l’expérience d’un « exotisme intimiste », où l’altérité n’est pas uniquement projetée sur l’autre mais vécue en soi. Le nouveau média est toujours étranger, non orthodoxe, brut, envoyé des dieux, bénédiction ou malédiction.

Ces éléments préliminaires posés, A. LIU peut proposer une typologie du récit de rencontre :

  1. Ce sont des récits sur l’identité et l’altérité
  2. Ces récits ont une temporalité cyclique, et passent par trois étapes :
  • celle de l’enthousiasme colonisateur ;
  • celle de la résistance et du désenchantement ;
  • celle, plus énigmatique, du « surmise » ou l’on finit par se rendre compte que le nouveau média est rusé, qu’il a des effets cachés, non prévu, potentiellement subversives
  1. Ces récits sont historicisés, à deux niveaux au moins :
  • sociopolitique : on produit un discours sur la manière dont le média va reconfigurer les relations politiques dans la Cité
  • subjectif : comme dans le Phèdre pour la mémoire, le nouveau média transforme notre manière de percevoir, de sentir et d’expérimenter
  1. Ces récits sont imprévisibles : là où se tenaient les couples conceptuels binaires qui structuraient la société ou le groupe, le média introduit de l’indétermination et de la contradiction.

On sent bien à la lecture que c’est le dernier point qui intéresse tout particulièrement A. LIU. Sa démarche n’est pas simplement historique, mais anthropologique. Il ne s’agit pas de se contenter de dire que le motif du récit de rencontre se répète dans l’Histoire, mais bien que ces récits sont des événements structurels de l’humain.

Le nouveau média crée de l’indétermination et de la confusion dans l’ordre du monde, en raison de son caractère volatile. Il crée un effet « retour vers le futur », un mélange entre le nouveau et le déjà-vu. Des disciplines comme l’archéologie des médias ou l’histoire du livre nous invitent bien souvent d’ailleurs à considérer les « vieux » médias comme des versions bêta des machines de Turing, des liens hypertextes ou des bases de données.

Ceci dit, l’ambivalence la plus fondamentale réside peut-être dans ce que LIU appelle le paradoxe de la notation / présentation, qu’on pourrait renommer paradoxe du WYSIWYG (What You See Is What You Get). Le nouveau média invite à un va-et-vient constant entre la notation, c’est-à-dire l’appréhension du média comme un langage de programmation qui doit être mentalement décodé, et la présentation, où on peut le « lire » de manière intuitive et immédiate dans une logique d’interface. La rencontre avec l’écriture, c’était déjà cela : l’aménagement d’un espace où l’on trouvait ce qui pouvait être dit à haute voix, avant de devenir un espace pour l’appropriation mentale par la lecture. A ce titre, la comparaison entre la scriptura continua et l’hostilité du DOS est particulièrement bien trouvée !

C’est donc à partir de ce modèle que l’on peut penser la rencontre entre la littérature et le numérique. Il s’agit précisément d’imaginer de nouvelles formes pour elle dans le monde numérique, en renégociant certaines oppositions conceptuelles encore rigides, telles que écriture / encodage, imagination / stimulation, ou encore lecture / navigation. L’architecture de l’information a donc toute sa place pour penser comment la littérature peut renouveler ses formes de présentation et de médiatisation, en l’associant aux bouleversements subjectifs que produit en nous le numérique.

Ghita Benotmane

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jean-Philippe Magué dit :

    Merci pour votre compte-rendu !
    Je me suis permis une petite modification : j’ai changé le format du billet de « Par défaut » à « Gallerie ». Ainsi, sur la page d’accueil du carnet, seules les premières lignes du billet sont affichées, suivies d’un lien pour accéder à l’intégralité du texte. Cela allège cette page d’accueil, et donne une meilleure visibilité aux autres billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *