Sommes-nous tous devenus des nerdy-navigators ?

  • Data-center-and-us01

Compte-rendu de l’article de Susan Schreibman, « Computer-Mediated Texts and Textuality : Theory and Practice. Computers and the Humanities ». In Computers and the Humanities 36: 283–293.  Kluwer Academic Publishers. 2002. Texte accessible en ligne ici.

Alors qu’une enquête sur les compétences des chercheurs en humanités numériques devrait bientôt tirer ses conclusions, il est aujourd’hui opportun de se questionner sur les profils qu’endosse tour à tour le chercheur/usager des technologies numériques, ainsi que sur les possibles apports de l’architecture de l’information dans son entreprise. Depuis l’analyse de méthodes de modélisation de textes grâce à l’ordinateur personnel, Susan Schreibman tire quelques enseignements pertinents sur l’évolution de la littératie informationnelle. Après avoir éclairci chaque méthode dont parle Schreibman, je tenterai de la mettre en relation avec l’évolution des compétences du chercheur.

Susan Schreibman démarre son exposé par un constat : la plupart des projets de recherche en humanities computing qui ont comme objet d’étude la littérature, utilise la forme de la bibliothèque numérique pour rendre compte de leurs travaux, sans voir dans le médium numérique un formidable outil pour l’interprétation. Schreibman souhaiterait poursuivre ses recherches dans ce sens et concrétiser l’idée de “monographie numérique”, un véritable essai augmenté par la lecture à l’écran. Ce premier constat de la chercheure a quand même plus de dix ans, il serait d’ailleurs intéressant d’analyser si ce sentiment est encore de nos jours vérifié ou non…

Theodor H.Nelson (1937), sans titre, 1965. Tiré du livre,  Images de pensée, de Nicole Marchand-Zanartu et Marie-Haude Caraës. Postface de Jean Lauxerois. Editions de la Réunion des musées nationaux, 2011.

Dépasser le codex :  entendre le numérique ?

L’arrivée de l’ordinateur personnel et l’augmentation de la numérisation de textes ont amené les concepteurs d’outils de lecture, bibliothécaires et informaticiens a abandonner la forme classique du codex pour la création de large collections d’informations textuelles et non-textuelles (images, graphiques, puis plus tard, sons et vidéos). Le texte devient donc multiple et hétérogène d’où la nécessité de trouver un langage de représentation structuré et universel. La plasticité du média numérique permet une fluidité de lecture et de circulation des textes de plus en plus rapide, certains voudraient même que l’on ne parle plus de livre mais seulement de lecture…L’invention de l’hypertexte (Tel Nelson, 1965) amène à une navigation par rebonds successifs, une lecture délinéarisée. Schreibman rappelle dans son texte que le post-structuralisme (Barthes et Foucault en particulier) avait déjà identifié cette posture du lecteur face à un texte, et que les applications de l’hypertexte en littérature en sont un renouvellement.

Ainsi on ne lit plus seulement un seul texte à la fois mais une multitude, ce qui favorise une attitude de buttinage, l’expérience n’est plus celle d’un récit continu mais d’une navigation dans un espace. À la suite de Lev Manovich (d’après Michel de Certeau) on pourrait dire que le chercheur/concepteur du texte numérique définit des “stratégies” de lecture (dictées par la composition du texte, les choix graphiques, la place de tel ou tel lien hypertexte…) et que le lecteur obéit à ses “tactiques” propres, avec les aléas des arrêts de lectures et détournements d’usages. Sur cette question de l’usage, il est frappant de voir à quel point le texte de Susan Schreibman ne prend pas en compte les motivations des usagers. Et pour cause, en 2002, à l’époque où écrit la chercheure, le web social, dynamique et collaboratif n’existe pas encore (le web 2.0 n’arrive réellement qu’en 2005). La relation concepteur/usager du web est alors encore très verticale et hiérarchique.

Dans ce cas le chercheur/concepteur en digital humanities est bien un médiateur d’information, celui qui fixe et oriente la lecture, qui définit le contexte de publication et tente d’imaginer un lecteur potentiel de son travail. Des compétences pas si loin de celle de l’architecte de l’information établissant les connexions cohérentes entre contexte, contenu et usager d’un dispositif numérique.

Chrétien Frédérique Guillaume Roth, Essai d’une distribution généalogique des sciences et des arts principaux, d’après Didedot et d’Alembert, Encyclopédie, 1780.

Monter brique par brique l’architecture.

Schreibman détaille ensuite l’importance qu’a eu le modèle de représentation OHCO (Ordered hierarchy of content objects) pour l’organisation de collections de textes. L’OHCO est une méthodologie centrée sur les structures qui suit les recommandations de la Texte Encoding Initiative (TEI).

Dans cette méthode le texte est dit  :

1. Réel : ses propriétés sont indépendantes de notre intérêt et de nos théories,

2. Abstrait : il existe indépendament de sa fixation sur un support,

3. Intentionel : il est le produit d’actes mentaux,

4. Hiérarchique : organisé en sommaire, chapitres, sous-chapitres, note de bas de page…

5. Linguistique : formé de mots et lettres.

La TEI est le produit de l’usage des technologies numériques pour la recherche en littérature, son fonctionnement induit un système de balisage facilitant une bonne structuration des informations, approprié pour pour créer de grandes archives textuelles, ainsi qu’une facilité à traiter des données massives. Le modèle OHCO reste encore de nos jours le modèle dominant pour la modélisation de textes numériques.

Ici le chercheur est en position de programmeur, ou plutôt d’encoder-assembler dit Schreibman (p292). Il est le garant de la bonne structuration des données, de l’accès aux textes, et de de la qualité de leur composition interne. Des compétences techniques également assumées par les architectes de l’information.

Capture d’écran de l’utilitaire « Time Machine » d’Apple qui permet de gérer les sauvegardes de fichiers dans le temps.

Archiver, comparer, reconstruire le passé.

En 1998, apparait un nouveau langage dérivé du SGML et de l’HTML :  l’Extensible Markup Langage (XML). L’XML fournit des améliorations en terme de présentation et de partage de documents textuels, Schreibman y voit également un intérêt particulier pour les chercheurs en littérature : le fait de pouvoir appliquer dans l’environnement numérique des théories classiques de l’analyse littéraire comme la théorie de la réception, et le versioning.

La théorie de la réception permet de replacer le lecteur au centre de l’analyse, de ne pas privilégier un point de vue (celui de l’éditeur ou du biographe) dans la présentation des textes. Le traitement informatique en XML devient plus précis, le chercheur peut alors reconfigurer le fil de la réception de l’oeuvre dans le temps. Le numérique ici amène à reconstruire les discours passés, les controverses, les interprétations d’un texte et nous les délivrent dans un espace à cet usage. L’archivage des textes devient également plus simple, différentes versions d’un même texte peuvent être analysées. L’utilisation de l’XML permet ainsi de comparer les textes pour formuler sa propre hypothèse de l’histoire de la construction d’une oeuvre littéraire. Grâce à l’XML et au progès de l’édition électronique le médium numérique peut enfin être utilisé pour l’interprétation de texte en littérature.

Dans cette pratique, le chercheur revêt les apparats du conservateur/bibliothécaire. Il a à sa charge la sélection de textes pertinents à analyser en corrélation avec une hypothèse de recherche. Il peut décider de mettre de côté certains textes, ce qui aura une incidence sur son analyse. Il est également le gestionnaire des collections de textes.

Data-center-and-us01 Superposition de deux captures d’écran de l’application Ipad, Energy Flow. L’intérieur d’un data center et la ligne de fuite des données. Image de Loup Cellard. 

Sommes-nous tous devenus des nerdy-navigators ?

La masse des textes que l’on peut maintenant manipuler ainsi que la compréhension que l’on peut en avoir, reconfigure de façon conséquente notre rapport à la lecture. Il s’agit d’une problématique importante pour l’avenir de l’éducation et la circulation de la connaissance. Pour finir, j’ai traduit ci-dessous une citation de Kathryn Sutherland présente dans le texte, qui résume de façon brillante la situation du chercheur usager des technologies numériques :

“Y’a t’il un danger réel à ce que le chercheur, travaillant depuis des années dans les régions éloignées des rayons de bibliothèques dans l’espoir de devenir expert dans un petit domaine, soit transformé par l’ordinateur en technicien, en explorateur-geek [nerdy-navigator] capable de localiser, transférer et s’approprier une masse inimaginable d’informations de plus en plus rapidement, informations qu’il/elle ne comprend et ne désire pas forcement ?”

Cette citation de 1997 résonne encore de façon très juste. Schreibman ne croyait pas encore à l’avènement de cette explorateur-geek, mais à l’heure des big data, de Google Books et de la surcharge informationnelle, chaque internaute n’est il pas un nerdy-navigator en puissance ?

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *