Jacqueline Hamesse, « Le modèle scolastique de la lecture », 1995

Dans un chapitre de l’Histoire de la lecture dans le monde occidental [1] Jacqueline Hamesse présente le « modèle scolastique de la lecture », qu’elle-même considère comme une nouvelle manière de pratiquer la lecture, à l’époque scolastique.
De la scolastique

 L’appellation « scolastique » recouvre plusieurs réalités. Elle désigne une période historique, comprise généralement entre les 12e et 15e s., entre le Haut Moyen-âge et la Renaissance, au cours de laquelle se développe un enseignement caractéristique où la théologie chrétienne est relue à la lumière des philosophes grecs (Aristote en particulier).  Cette nouvelle forme d’enseignement accompagne la création de nouveaux lieux d’enseignement : la lecture sort des monastères où elle était uniquement pratiquée jusqu’au haut Moyen-âge, pour devenir un outil pédagogique mis à profit dans les nouveaux lieux d’apprentissage que sont les écoles et les universités.
À cette occasion, les manières de lire connaissent de profonds changements. La lecture devient un acte en soi, conscient et utile, qui renouvèle l’abord du livre et plus généralement du texte.


De la sagesse vers le savoir

En même temps que l’on subdivise les textes en sections et paragraphes, qu’on leur associe tables et index, de façon à favoriser une consultation rapide et ciblée, la lecture cesse d’être un continuum et devient une navigation. Ce sont ainsi deux manières d’aborder le texte qui se font concurrence : la rumination et la lectura.
La première se pratique dans l’enceinte du monastère et dans le recueillement de la médiation. C’est une lecture lente de la Sacra Scriptura, régulière, en profondeur, personnelle. La seconde, qui consiste en un procédé d’exposition et d’explication de textes tout à fait spécifique, est le propre de l’enseignement scolastique. Elle est pratiquée collectivement et organisée au sein des programmes d’enseignement. C’est le rapport au texte et la construction du savoir qui s’en trouvent bouleversés : la lecture méditative cède le pas à la lecture commentée, à la glose. Le chemin vers la sagesse se transforme en quête du savoir. Une quête qui s’accompagne inévitablement du développement de nouveaux outils.

 

Les quatre points cardinaux du modèle scolastique

La manière d’élaborer la matière de l’enseignement représente le premier enjeu de cette nouvelle forme d’apprentissage. Compte tenu du renouvellement des travaux et des méthodes de travail, il est nécessaire de commencer par repenser le rapport à la source, aux textes d’origine, et de créer en conséquence une palette d’outils de nature à en fonder le point de vue. Premièrement. Deuxièmement, il faut remédier à la surabondance des textes de référence qu’il n’est pas possible de tous lire : imaginer de nouvelles modalités d’accès aux contenus des textes devient une priorité.
De la connaissance des sources dépend la troisième pierre angulaire du modèle scolastique : recourir aux Auctoritates. C’est le principe hérité de la rhétorique classique (chez Cicéron notamment) qui consiste à s’exprimer sous le patronage des auteurs de la tradition, de ceux qui font autorité, en puisant dans leurs écrits les références et citations qui émailleront le discours produit. La citation des Anciens, d’une fiabilité empirique, fait office de caution et garantit la qualité du discours.
Enfin, quatrième et dernièrement, la multiplication du nombre d’étudiants qui fréquentent les universités accroît le besoin de livres : il s’agit de rendre le savoir accessible au plus grand nombre et à moindre coût.

« Les instruments du travail intellectuel »

 Ainsi, le 12e s. voit se généraliser un enseignement d’un genre nouveau, puisque collectif et construit sur un socle commun de références et de savoirs, qu’il s’agit de mettre entre les mains de tout le monde, sans pour autant contraindre personne à les lire in extenso.

À enseignement moderne, matériel pédagogique nouveau : l’époque scolastique se caractérise par la création et la diffusion de florilèges, véritables recueils de citations, compilations de passages célèbres ou importants, extraits de l’œuvre d’un auteur. Ces contenus ciblés sont censés permettre de faire le tour d’une œuvre ou d’un auteur sans s’obliger à tout lire ou tout connaître.
Aux florilèges, il faut ajouter les index et tables de concordances, qui, volumes indépendants ou en annexes d’ouvrages, permettent un accès choisi à l’information. De la même manière, de nombreux manuels d’introduction à la pensée de tel ou tel auteur voient le jour. Cette intense activité éditoriale se fixe pour ambition d’offrir aux apprenants la quintessence de la connaissance disponible, en les dispensant de toute forme de lecture exhaustive. C’est que subissant l’influence de la philosophie aristotélicienne, l’enseignement scolastique fait la part belle à la dialectique et à l’art de raisonner (disputare). De ce fait, les étudiants qui s’exercent à la gymnastique phrastique, doivent consacrer leur temps d’étude à apprendre par cœur citations et arguments de manière à disposer d’une palette d’outils et ressources rhétoriques à toute épreuve.
Du reste, les florilèges sont prisés des ordres religieux, qui y voient une manière d’éviter les erreurs d’interprétation en gardant d’un bout à l’autre la main sur le contenu diffusé. De cette façon, les passages peu clairs et de nature à se prêter à des interprétations ambigües ou non conformes à la doctrine chrétienne sont passés sous silence.

 

Le modèle renaissant

Toutefois, les limites d’une telle pédagogie sont relativement évidents.  Conçus dans un but documentaire, ces manuels en viennent à remplacer les œuvres originales, qui ne sont plus guère étudiées. Les étudiants n’ont ainsi que des contacts distants et biaisés avec les travaux d’un auteur. Des travaux qui leur sont présentés de façon médiée et donc décontextualisée. La matière même de l’enseignement tend à s’appauvrir et à se simplifier…

La Renaissance, enfin, renouvèle les modalités de la connaissance et de l’apprentissage, préconisant ainsi la suppression des intermédiaires au profit d’un retour aux sources. De ce fait, le rapport aux auctoritates change, de même que le rapport à la lecture. L’idéal renaissant privilégie en effet le développement d’une pensée personnelle et créative. Les florilèges existent toujours, mais ils deviennent des carnets de notes, d’un usage personnel, où sont consignés les remarques et commentaires que suscite la lecture et l’étude.
Guillaume Rouvière


[1] Jacqueline Hamesse, « Le modèle scolastique de la lecture », in Roger Chartier & Guglielmo Cavallo (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, 1995, pp. 125-145.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *