Réanimer, rapatrier : le numérique au chevet de la culture sierra léonaise.

Photobucket

« Reanimating Cultural Heritage: Digital Repatriation, Knowledge Networks and Civil Society Strengthening in Post-Conflict Sierra Leone ». Derrière ce titre, se cache un projet du programme Beyond text dirigé par l’ Arts & Humanities Research Council . L’un des objectifs de ce programme est de montrer l’importance des supports tels que la communication visuelle, la perception sensorielle et l’oralité en tant qu’objets de recherches.

Réanimer l’héritage culturel

Ce projet a été mené entre 2009 et 2012, par le Dr Paul Basu de l’Institut d’archéologie de l’University College of London.  Il s’inscrit dans une recherche pluridisciplinaire qui regroupe notamment l’anthropologie, la muséologie et l’informatique.

La ligne directrice de ce projet est de redonner vie, au sein d’un espace numérique, à des collections ethnographiques sierra léonaises déconnectées de leurs contextes culturels, car dispersées dans différents musées à travers le monde.

Citons à ce propos le Dr Paul Basu : «  Quand vous voyez un objet sierra léonais tel qu’un masque dans la collection d’un musée, c’est quelque chose de statique. Mais ces masques font partie d’une danse traditionnelle vivante, colorée et musicale ».

Cette renaissance se fait ici grâce à des photos, des clips vidéos, des documents sonores ou encore des textes.

Afin de mener à bien ce projet, différents partenariats ont été engagés, notamment avec le Sierra Leone National Museum, the British Museum, the Brighton Museum and Art Gallery, the Glasgow Museums, the World Museum Liverpool, the British Library Sound Archive.

Le conflit sierra léonais

La Sierra Leone est un État d’Afrique de l’Ouest, situé entre la Guinée (au nord-ouest) et le Libéria. Ce pays a connu une guerre civile entre mars 1991 au 18 janvier 2002, qui causa la mort de plus de 100 000 personnes et le déplacement de deux millions de personnes.

Ce conflit a eu un énorme impact tant sur le plan culturel qu’économique. Le but du projet est ici de réhabiliter la richesse culturelle de ce pays et de ne pas le résumer uniquement à cette guerre et aux massacres qui l’ont accompagnés. Rappeler que la Sierra Leone a une culture très riche en matière de musiques, de danses traditionnelles, de mascarades et de pratiques de contes.

sierraleoneheritage.org

C’est la vitrine de ce projet. Lorsque vous parcourez le site, vous avez la possibilité de parcourir les collections et de savoir dans quels musées elles se trouvent. Vous pouvez également faire une  recherche avancée par type d’objet, par matériau utilisé, par musée  ou encore par groupe culturel.

Vous pouvez également consulter différentes vidéos qui vous montrent des danses traditionnelles, des présentations d’objets ou encore des interviews de chercheurs.

Une communauté Facebook a également été créée. Elle permet à chacun de laisser des commentaires, d’engager des discussions, de partager des liens mais c’est aussi une façon de partager un savoir pas seulement entre scientifiques, mais aussi entre passionnés de cette culture. 

Rapatriement numérique

Quel objectif se cache derrière cette notion de « rapatriement numérique » ? Il s’agit en fait pour les musées, les établissements universitaires mais aussi pour les particuliers de numériser leurs collections ethnographiques afin de les rendre accessibles aux communautés d’origine. Le but étant de reconnecter des objets avec des communautés disparates et encourager ainsi les échanges de connaissance.

Pour autant, le rapatriement numérique ne doit pas remplacer la restitution physique des biens culturels à leur pays d’origine, il faut être vigilant par rapport à ça.  Il n’est pas question ici de remplacer le réel par le virtuel.

Emmanuelle Ouine


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *