Introduction aux Humanités Numériques

  • 7313957156_ee56855d94_b

Creative Commons – By vintage findings/painted works

La nécessité de proposer à nos sociétés des architectes de l’information découle de la numérisation rapide et intense de celles-ci : face à l’avalanche de données et de documents numériques naît le besoin de professionnels chargés d’en penser l’organisation et l’accès.

Les conséquences de cette numérisation des sociétés ont, comme il se doit, des ramifications dans les Sciences Humaines et Sociales (SHS)1 qui se fixent comme objets l’Homme, ses activités et ses productions et les sociétés humaines. Ce sont toutes les facettes de ces sciences qui se trouvent affectées : leurs sources, leurs données, sont à présent disponibles dans des formats numériques, permettant au chercheur un rapport outillé et instrumenté avec celles-ci ; leurs objets, qui incluent dorénavant les usages et les comportements découlant de cette numérisation des sociétés ; mais aussi leurs modes  de diffusion et de communication des savoirs, que ce soit au niveau des interactions entre chercheurs, de la publications des résultats, de l’enseignements ou de la communication vers le grand publique qui tous se voient renouvellés sous l’influence des technologies numériques. Ce sont ces grands bouleversements, ces changements épistémologiques, méthodologiques, pédagogiques… dans les SHS que l’on désigne par le terme d’Humanités Numériques.

Ce cours propose aux étudiants de s’intéresser à ces mutations dans les SHS, d’en comprendre les enjeux scientifiques et technologiques, d’en analyser les origines et les différentes étapes historiques et de découvrir quelques unes des technologies des Humanités Numériques.. Le domaine est vaste, la littérature conséquente, et il sera donc demandé aux étudiants une effort de lecture (souvent en anglais) considérable. Mais comme Digital Humanities is about building things ((Stephen Ramsay, Who’s In and Who’s Out)), nous irons plus loin. Tout au long du semestre, les étudiants construiront incrémentalement des bases de données, interconnectées, dans lesquelles ils inséreront les personnes, les institutions, leurs relations, mais aussi les thématiques, les disciplines et surtout les textes, articles, billets de blog ou autres, que nous rencontrerons séance après séance. L’objectif est est de mettre en pratique les notions d’interopérabilité, d’analyse de texte ou de visualisation. Il est aussi d’accumuler suffisamment de données pour être en mesure, au mois de décembre de dresser une (ou des) cartographie des Humanités Numériques. Ce cours propose donc de conduire en parallèle des lectures proches (close readings), c’est-à-dire des lectures au sens traditionnel du terme, focalisées sur un ou peu de textes, séquentielles, attentives et exhaustives, et des lectures distantes (distant readings), pour lesquelles le lecteur place entre son oeil et les mots des instruments lui permettant d’embrasser quantités de textes qu’il n’aurait qu’à peine pu parcourir autrement.

Plus d’informations pratiques sur ce cours ici.

  1. Dans les autres sciences elles aussi, mais ce ne sera pas notre propos ici []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/11/2012

    […] La nécessité de proposer à nos sociétés des architectes de l'information découle de la numérisation rapide et intense de celles-ci : face à l'avalanche de données et de documents numériques naît le besoin de professionnels …  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *