Projet Orbis – Université de Standford, Californie

  • Orbis 1 Understanding Orbis

    Visualisations des segments de routes autour de Rome pour cet exemple.

  • Orbis 2

    Interface de calcul d'itinéraires.

  • Orbis 4

    Interface de visualisation des changements de distances selon les saisons.

Orbis (http://orbis.stanford.edu/) est un projet récent en Digital Humanities de l’Université de Standford en Californie. Une publication de ce travail a été faite sous forme de site web par Scheidel et Meeks. Ce site présente un modèle de réseau géospatial de la Rome antique. Il est par, certains aspects, un équivalent pour la Rome antique du IIe siècle de notre ère à notre Googlemaps actuel. On peut manipuler de nombreux paramètres explicitées plus tard.

I) Présentation du projet

Orbis est le résultat de la collaboration entre historiens et spécialistes des technologies de l’information de Stanford Université. Le projet a été dirigé par Walter Scheidel, un historien de la Rome antique de Stanford. Grâce à l’aide du département de Digital Humanities, Scheidel a pu mener ce travail, assisté de 3 experts en technologies de l’information. L’équipe de techniciens étaient dirigé par Elijah Meeks. Elle incluait de géographe et web développeur Karl Grossner et Noemi Alvarez.

Scheidel et Meeks réalisèrent la plus grande partie du projet  dont l’équipe était:

– Scheidel: les informations portant sur les routes, rivières et autres routes maritimes.

– Meeks: le Système d’Information Géographique ou SIG.

– Karl Grossner : conception et construction du site web d’Orbis intégrant les travaux de Meeks, Scheidel .

Quelques étudiants contactés à partir de l’Automne 2011 dont :

– Jonathan Weiland : Intégration de routes dans le modèle/création de coordonnées géographiques.

– Scott Arcenas : Création d’un algorithme pour prévoir la météo : marées, vent etc

        Le site lui-même est d’ailleurs la phase de début du projet. Plusieurs évolutions sont à venir pour enrichir le contenu des routes, améliorer les échelles de visualisations, ajouter la possibilité de voir une vision des paysages de la Rome antique par les routes. Une piste de travail est également d’élargir les zones de voyage car, pour l’instant, les routes maritimes menant à la mer Rouge et l’Océan Indien par exemple ne sont pas prévus.

II) Utilisation des données

1) Types de Données

Le système est organisé autour de :

– 751 sites romains : villes, promontoires, lieux importants de passage classés en 5 catégories de taille et d’importance différentes. Les cartes restituent ces différences.

– 268 de ces sites sont des ports. Ils étaient situés sur les côtes mais, à l’heure actuel, ce n’est plus le cas pour certains.

– 19 des ports sont reliées à la mer par des rivières.

Transport maritime:

Le modèle proposé restitue 900 points de connections entre les sites costaux soit un total de minimum 450 routes. Ces déplacements représentent 180 033 km. Toutefois, les routes de l’Atlantique sont peu développées. Le modèle présente une approximation des routes préférées par les Romains. Les routes maritimes sont considérées accessibles à tout moment de l’année mais des facteurs peuvent jouer : vagues de plus de 12 pieds, vents, courants marins, coûts de navigation.

Transport terrestre:

On recense sur le modèle 814 segments de routes qui permettent des mouvements dans les deux directions représentant seulement une partie des routes empruntées. La longueur totale des routes est de 84 631 kilomètres. Des zones restent incertaines comme l’Egypte où seules les routes des caravanes sont principalement connues. Pour calculer les coûts de ces trajets, il faut prendre en compte de nombreux paramètres notamment 14 moyens de transports, les distances, l’état des routes, et les risques d’intempéries.

Les vitesses moyenne de ces moyens de transports varient de 12 km par jour pour une charrette à bœufs à 250 kms par jour pour des chevaux de relais. Il est à noter que le poids des charges portés par le moyen de transport est pris en compte pour laisser des possibilités entre la route la plus rapide, la moins chère et la plus courte.

Transport fluvial :

Le transport fluvial à cette époque est encore peu étudié. Néanmoins, on répertorie 25 rivières empruntées par deux types de bateaux soit 1371 segments de trajet possibles. Certaines rivières ou tronçons de cours d’eau ne sont plus praticables aujourd’hui. D’autres ne sont pas incluses car méconnues.

Pour les rivières connues, on varie entre 10 à 75 km par jour en moyenne. À titre d’exemples, la Loire ne permettait à l’époque que 10 km par jour tandis que les parties hautes de l’Euphrate permettaient de parcourir 75 km. Le Nil est plus complexe et des variations de 10 à 90 km par jour étaient prévisibles selon le climat de l’année.

La navigation fluviale est supposée n’avoir été utilisée que de jours faute de documents parlant de navigation de nuit.

2) Technologie géospatiale

Toutes ces données sont coordonnées par cette technologie. Elles sont couplées à des algorithmes et des SIGs. Les routes sont déterminées par le calcul des distances conservées dans un tableau avec les distances par fragments de routes. On a un tableau par type de route : maritime, terrestre et fluviale. Un segment est composé des deux nœuds en extrémité et du vecteur qui les rejoins.

Comme expliqué plus haut, différents algorithmes permettront de calculer le trajet le plus court ou le plus rapide selon le climat. Chaque nœud de la carte est identifié par un identifiant de type ORBIS ID suivi d’un nombre. Chaque trajet reçoit un identifiant temporaire lors d’un choix de route.

Quelques remarques spécifiques :

– Le modèle présente un type particulier de trajet : ceux utilisant le ferry qui permettait de rallier des distances en 1 jour réparties le long de la Méditerranée.

– Les berges des rivières sont identifiables et plus contraignantes pour la navigation en mer. De ce fait, les vitesses de montée et descente de rivières sont à prendre en compte.

-Le modèle de la mer est formé de quelques 40 000 points séparés d’1 degré chacun. On dénombre 8 connections pour un nœud donc un modèle assez dense.

III) Architecture du site DIAPO

Le site web expérimente plusieurs technologies en open source : la liste est visible sur la diapo. Elles sont listées ici à titre indicatif. Le site utilise donc à la fois des outils de visualisation, du javascript et des outils de gestions de bases de données.

Le statut de publication du site web fait qu’il contient la documentation pour le manipuler en ligne consultables par pages ou téléchargeable en format pdf gratuitement.

La page d’accueil nous présente les différences sections avec un petit résumé, une présentation rapide du projet. Il est possible de suivre sur Facebook et Twitter le projet.

Chaque section ensuite se compose de plusieurs onglets en général. Les sections sont toutes très illustrées.

– « Introducing Orbis » vous présente, comme son nom l’indique, le site.

– « Understanding Orbis » explique le principe du modèle proposé et ses limites. Il est assorti d’un onglet « network visualisation » qui vous permet de voir tous les segments de routes empruntables à l’époque. On peut rechercher un nœud qui s’affichera avec une fiche descriptive.

Visualisations des segments de routes autour de Rome pour cet exemple.

– « Building Orbis » : nous montre la partie de données historiques « historical evidence » et une explication avec pas mal de schémas sur le système de technology spatial « geospatial technology »

– « Using Orbis » : « overwiew » est un guide rapide pour utiliser le site, des examples accompagnent le guide dans « examples » et on peut choisir aussi le tutoriel vidéo si la lecture ne nous intéresse guère.

– « Mapping Orbis » : la partie qui permet de calculer les itinéraires. Le menu permet de choisir parmi toutes les données expliquées précédemment. « Interactive distance cartogram »On peut aussi sur une carte différente rechercher les distances entre deux nœuds. Dernier onglet des cartes : « map gallery » : on peut voir une sélection de cartes sur les différents aspects des routes.

Interface de calcul d’itinéraires.

Interface de visualisation des changements de distances selon les saisons.

– « Applying Orbis » : enfin, cet onglet présente trois articles qui porte notamment sur le traitement technique des données des les trajets maritimes.

Pour finir, ce site est très instructif et assez intuitif. Des tutoriels viennent aider en cas de besoin. Il permet de se rendre compte combien les conditions de voyage étaient différentes. Un voyage ou un trajet qui nous paraîtrait court prenait tout de suite des proportions autres pour l’époque entre les coûts, le temps nécessaires au déplacement, le climat et autres variables. Le site permet d’appréhender des aspects concrets d’une civilisation disparue de manière ludique.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marin Dacos dit :

    Merci pour ce riche billet! Ne faudrait-il pas intégrer au moins une URL à chaque fois que vous citez une page web, ainsi qu’au moins une capture d’écran par fonctionnalité évoquée?

    • Lauriane Philippeaux dit :

      Merci pour votre lecture attentive et ce message. Vos remarques ont été prises en compte. Cordialement, Lauriane Philippeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *