Great Britain Historical Geographical Information System

Les SIG historiques

Un système d’information géographique (SIG) regroupe l’organisation et l’analyse de données spatiales, un vaste champ allant des répartitions démographiques aux analyses fines de l’environnement. On peut distinguer trois périodes dans leur évolution :

  • de la fin des années 50 au milieu des années 70, les débuts de l’informatique conduisent aux premières cartographiques numériques (avec des outils adaptés aux traitements de ces données) ;
  • jusqu’aux années 80, les outils se diffusent largement, mais pas encore au grand public (état, industrie…) ;
  • enfin, la dernière période regroupe la diffusion massive des SIG avec l’impact de nouveaux outils (sur Internet en particulier) collaboratifs.

Les recherches historiques récentes nécessitent de plus en plus l’analyse de données spatiales, ce qui a conduit à nouveau champ disciplinaire, les SIG historiques : l’ajout de données temporaires aux SIG. Ce domaine se développe depuis les années 1990 et a conduit à de nombreuses réalisations ambitieuses comme le Great Britain Historical GIS ou son pendant états-unien, le US National Historical GIS.

Le projet GBHGIS

Un outil classique de SIG regroupe généralement des données spatiales sous forme de segments, points ou polygones. Ce projet est aussi constitué d’une importante base de données issue de recensements depuis 1881 référencés spatialement dans les cartes. D’autres informations comme les taux de chômage ou les dettes ont été ajoutées par la suite. Le projet regroupe maintenant :

  • des statistiques sur le marché du travail issues de nombreuses sources qui couvrent la période 1851 à 1939 ;
  • des recensements de la population anglaise (pyramide des âges, nombre de naissances…) ;
  • des bases sur la mortalité (âge et cause de décès).

Toponymie

Cette base de données reste assez difficile à interpréter en raison de sa définition : les lieux géographiques évoluent voir disparaissent au fil du temps, les données sont fragmentaires… Tout un travail de toponymie a dû être effectué pour pouvoir relier les ensembles géographiques au fil du temps et obtenir des données fiables. Par ailleurs, sur le recensement de 871 uniquement, on trouve trace de 15 découpages géographiques différents (par paroisse, par administration territoriale…). Par ailleurs, GBHGIS utilise de nombreuses cartes numérisées, des plus anciennes datant de fin XIXe avec une unique projection pour le continent, à des projets comme OpenStreetMap [développer !].

Petit point logiciel

L’architecture d’un tel projet nécessite tout d’abord de lier les données spatiales à une dimension temporelle, ainsi que de prendre en compte les modifications toponymiques au fil du temps. L’équipe a choisi le logiciel ArcInfo, en encodant des fonctions temporelles par dessus.

Vision of Britain

En partenariat avec plusieurs financeurs, un site Internet (http://www.visionofbritain.org.uk/) a été créé pour diffuser publiquement et en ligne les ressources. Sur ce site, on trouve différentes catégories :

  • des cartes historiques du XIXe siècle et XXe siècle ;
  • des récits de voyage depuis le XIIème siècle. Les textes sont agrémentés de figures et tableaux récapitulatifs du voyage. On peut retrouver tous les lieux visités sur une carte du Royaume-Uni ;
  • des résultats électoraux, avec là aussi des représentations spatiales par canton, de 1833 à 2005 ;
  • plusieurs rapports de recensements depuis 1801.

Regard critique

Pour la préparation de cet exposé, j’ai cherché en premier à récupérer les données, en allant de désillusion en désillusion. Tout d’abord, le site du projet ne permet pas de récupérer la base de données, il faut se rendre sur http://www.visionofbritain.org.uk/ (financé en partie par la UK National Lottery). Las, j’y apprends que les cartes historiques sont réservées aux universitaires britanniques, pour des raisons légales et pour ne pas surcharger leurs serveurs. Je peux donc obtenir uniquement des statistiques ainsi que certains tracés de frontières.

« boundaries »

Certains fichiers sont disponibles au téléchargement, dans une licence très restrictive (parfois une licence Creative Commons, mais en version CC-BY-NC-SA), parfois dans une licence de l’Université de Portsmouth, qui interdit tout utilisation dans un cadre commercial (même si l’usage fait des données est gratuit). Dans le cadre d’une publication, il est interdit de diffuser ces données dans un format vectoriel et il faut spécifiquement réduire la résolution afin qu’il ne soit pas réutilisable. Tout usage de ces données (même partiel) doit par ailleurs être notifié à l’Université.

Statistiques

C’est le même type de licence qui est présente sur cette partie du site, avec quelques sections amusantes, comme l’obligationd’avertir l’Université de Portsmouth de toute erreur détectée dans les documents.

Conclusion

En conclusion, GBHGIS reste pour moi une réalisation de qualité, avec de nombreuses données historiques sur la Grande-Bretagne. Pourtant, elle pêche par un manque d’ouverture, que ce soit sur les contenus très bloqués ou le manque de collaboration dans la construction du site (pas de possibilité d’éditer, d’annoter ou de corriger les ressources). Dommage pour un projet qui se félicite de travailler sur de nombreuses cartes passées dans le domaine public, et qui s’est construit grâce à l’utilisation de logiciels libres.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *