Je transcris, tu transcris, nous crowdsourçons : le projet Transcribe Bentham

La transcription de manuscrits est une tâche longue, difficile et exigeante. Il faut décoder mot à mot, souvent lettre par lettre, une écriture parfois disgracieuse. Il faut passer du temps à étudier et à s’imprégner de la pensée d’un auteur, ce qui implique généralement une forme d’expertise universitaire. Au moins. Enfin, il faut trouver des fonds pour financer l’édition des textes.

Ah bon ?

Non. Tout cela est dépassé depuis 2010, année où la University College of London (UCL) a lancé son programme de transcription massive des manuscrits de Jeremy Bentham. L’initiative Transcribe Bentham est un petit rejeton du Bentham Project initié dans les années 1960 par UCL. Le Papa de l’utilitarisme a en effet laissé derrière lui près de 60 000 manuscrits non édités. L’ambition du Bentham Project est donc d’aboutir à l’édition des œuvres intégrales du philosophe (The Collected Works of Jeremy Bentham) dont certaines ne sont encore connues que d’un nombre très limité de chercheurs. Depuis 2010, on a transcrit plus de 4600 manuscrits, une quantité de travail monumentale pour une entreprise de ce type. La solution que UCL a trouvé pour aller plus vite, coûter moins cher et passer outre les longues formations de chercheurs tient en un mot : crowdsourcing.

Comment ça marche ?

C’est en allant se balader du côté du département des Digital Humanities que Philip Schofield, alors directeur du comité Bentham de UCL, s’est fait souffler cette brillante idée : pourquoi ne pas faire participer le monde entier à la transcription des manuscrits de Jeremy Bentham ? Et voici que le rêve de l’intelligence collaborative trouva sa place à l’université.

Le fonctionnement est d’une simplicité biblique. Les volontaires, qu’on imagine de près ou de loin intéressés par les travaux du philosophe anglais, commencent par se créer un compte sur le tableau de bord du projet, le Transcription Desk. Une fois l’inscription finalisée, ils peuvent choisir, selon différents critères (thématique, chronologique voire niveau de difficulté) le manuscrit sur lequel ils veuillent travailler. Une fois le manuscrit sélectionné, ils sont redirigés vers une interface où il trouveront, à droite de leur écran, un exemplaire numérisé du manuscrit, et, à leur droite, une zone de texte où ils n’ont pour ainsi dire plus qu’à saisir ce qu’ils lisent. Et c’est tout.

Non, ce n’est pas tout. Évidemment, la saisie doit obéir à quelques règles élémentaires pour faciliter l’édition du texte transcrit (notamment l’encodage au format XML TEI – lien). Un manuel est donc à leur disposition pour leur apprendre à signaler les commentaires, ratures, passages à la ligne, paragraphes, etc. Mais à part ça, c’est vraiment tout. Et ça a l’air de fonctionner, comme l’atteste le blog du projet qui met à jour toutes les semaines la progression des transcriptions, loin de faiblir.

Sans vouloir jouer les mauvais esprits, il est légitime qu’un tel succès soulève des interrogations. Étant donné que le Transcription Desk est ouvert à tous, aux spécialistes comme aux profanes, comment s’assurer de la qualité des transcriptions ? Comme je le rappelais plus haut, la transcription de manuscrits est classiquement considérée comme une activité scientifique à part entière. On convient généralement qu’il faut avoir les yeux chargés de théorie pour reconnaître ce qui est pertinent ou non, ce qui est problématique ou négligeable. Quel est donc le statut des transcriptions proposées par les utilisateurs dans le processus plus global d’édition des œuvres intégrales de Bentham ?

La recherche sans le doctorat, la transcription sans le chercheur ?

Comme Wikipédia – certes, ça dépend des articles – Transcribe Bentham a fait le pari d’allier rigueur et crowdsourcing. Le produit de la transcription est soumis à une vérification minutieuse de la part de l’équipe de chercheurs de UCL, qui modifient a posteriori le texte ainsi que le code XML. Ce sont bien des scientifiques qui décident en dernière instance si  un manuscrit a été suffisamment bien traité pour être transmis au service d’édition (numérique et papier) des œuvres complètes de Bentham. Pour ce faire, le manuscrit doit avoir été étudié au préalable par un nombre suffisant d’utilisateurs pour qu’une comparaison des sources aboutisse à un résultat fiable. Ce n’est qu’une fois la transcription validée de la sorte qu’un manuscrit est verrouillé dans la base de données du Transcription Desk. Dans le cas où une transcription est jugée insatisfaisante, le manuscrit concerné reste disponible pour d’autres essais. Autre mesure de précaution,  les responsables du comité d’édition ont fait le choix de ne pas y faire figurer les manuscrits les plus “difficiles”, qui sont transcrits parallèlement au crowdsourcing. Il s’agit essentiellement des écrits de la fin de la vie du philosophe, un moment où son écriture devient beaucoup plus cocasse à déchiffrer.

Ce système collaboratif n’entretient donc aucune naïveté quant aux exigences de la transcription scientifique de manuscrits. Face aux détracteurs qui pourraient objecter que la vérification des productions “profanes” finit par faire perdre le temps gagné par le crowdsourcing, le projet Transcribe Bentham peut faire valoir plusieurs aspects positifs. La documentation régulière et chiffrée de l’avancement du projet vient témoigner de son effectivité. Rappelons à ce titre que l’initiative a reçu la distinction suprême du prix Ars Electronica en mai 2011 dans la catégorie Digital Communities, tout comme Wikipedia en 2004 et Wikileaks en 2009. Mais l’apport notable de cette entreprise au monde des Humanités Numériques réside certainement dans la re-configuration des approches traditionnelles de la recherche, notamment celles qui entretiennent l’opposition éculée entre universitaires et profanes. Il n’est pas si fou, après tout, d’imaginer que la recherche puisse aussi être construite par ceux pour qui elle est finalement destinée : la société des non spécialistes.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Etude de cas and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Je transcris, tu transcris, nous crowdsourçons : le projet Transcribe Bentham

  1. Je découvre ce projet grâce à votre article et partage tout à fait cette vision critique mais réaliste des intérêts du crowdsourcing dans le cadre d’études scientifiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">