Que faire avec une base de données sur l’immobilier à Lyon ?

Lyon Maison Barioz 1930

Lyon Maison Barioz 1930 – Jacques Meynier de Malviala / Flickr

Loïc Bonneval est maître de conférences en sociologie à l’université Lyon 2. Ses travaux portent sur les acteurs des marchés du logement et sur une approche socio-historique des propriétaires immobiliers et des rapports de location. Le séminaire d’introduction aux humanités numériques qui a eu lieu en 2015 à l’École normale supérieure de Lyon lui a permis de détailler “la construction et l’exploitation d’une base de données sur les loyers à Lyon aux XIXe et XXe siècles” qui intervient dans le cadre de ses recherches. Ceci s’inscrit dans un projet financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) dont le budget avoisine les 300 000 euros. Il permet de couvrir, outre les frais de fonctionnement, la numérisation des archives, la saisie des données, la rémunération d’un poste de post-doctorat et les dépenses de mission.

L’objectif de cette recherche a été de collecter des données sur l’immobilier à Lyon, de suivre les histoires sociales des propriétaires des immeubles et les relations entre les locataires et les propriétaires. La recherche a également servi a mieux comprendre les pratiques des acteurs et de savoir pourquoi des immeubles avaient été construits, transmis ou loués.

Pour ce projet, la source principale est une archive d’une régie qui regroupe 300 immeubles, le registre des locataires de 1890 à 1968. La longue période couverte permet d’avoir des données relativement fiables et harmonisées. La base de données ainsi créée, composée de ces données et de celles des autres registres, comporte 76654 entrées au total. Pour créer cette base, la première étape était surtout du tâtonnement : la réflexion sur la modélisation de la base et sur la définition des types d’entrées a pris une grande partie du temps de recherche. Les données anciennes sont malheureusement peu fiables et le temps de saisie a été très important.

Pour la base de données, l’idée était d’avoir un outil qui permette de stocker l’information, de faciliter la saisie et de retrouver l’information pour l’exploiter. Avec le logiciel Filemaker pro, l’équipe de recherche a créé trois tables principales : balance, encaissement et décaissement. Les événements mettent en lien des immeubles et des personnes, des propriétaires et des locataires. Les immeubles sont reliés à des fichiers qui les caractérisent.

BDDBonneval

Implémentation de la base de données

Enfin, il y a des sources complémentaires qui ajoutent de la complexité à la modélisation et à la création d’une base de données à prendre en compte : les matrices cadastrales, le répertoire des hypothèques et les actes notariés.

Les résultats de ce travail de longue haleine ont été influencés par des événements historiques ou par des textes de loi qui ont eu un fort impact. On peut notamment s’intéresser au contrôle des loyers. Appliqué avant 1914, il fait l’objet d’un moratoire laissant les propriétaires libres de fixer le montant du loyer pendant la première guerre mondiale. Entre les deux guerres, un système de contrôle est maintenu à minima : le loyer de 1926 ne peut excéder plus du double de celui de 1914. Enfin, la loi de 1948 donne entière liberté aux propriétaires.

Dans la période actuelle, où le contrôle des loyers est revenu depuis 2012, la question de l’exploitation de ces méthodes de recherche s’applique. Un des objectifs abandonnés était de s’intéresser aux données actuelles (et non pas historiques). L’idée aurait été de participer à un observatoire du nouveau contrôle des loyers et d’éviter les loyers abusifs. Malheureusement, le manque de données ne permet pas de mener un projet en temps réel, qui aurait pu mettre en évidence les inégalités.

Les données collectées et les analyses effectuées sur un projet comme celui-ci sont des clés de lecture de notre société d’une grande valeur ajoutée. La question de l’accessibilité et de l’ouverture des données s’est évidemment posée. Sans forcément donner accès aux sources brutes, la première étape est dans l’idéal la visualisation des résultats d’une recherche qui peut intéresser le grand public, directement ou indirectement concerné par l’évolution du marché immobilier. Celle-ci n’a pas pu être effectuée pour ce projet.

Concernant l’accessibilité des données brutes, on ne pourra pas parler d’open-data ici. La base de données ne sera pas ouverte mais les données transformées pourront être mises à disposition. On remarque avec ce projet que la donnée est précieuse et qu’elle a un caractère sensible. Les conditions de confidentialité avec les locataires et la régie elle-même limitent les possibilités de ré-exploitation. L’équipe de Loïc Bonneval doit aussi réfléchir à comment rendre les données plus compréhensible pour faciliter le travail des journalistes ou personnes de la société civile qui souhaitent utiliser les données. Enfin, il ne faut pas oublier que l’objectivité des données et des chercheurs est somme toute très relative.

Ce projet a eu un certain impact sur le contrôle contemporain des loyers. L’équipe de recherche aimerait aussi permettre de nuancer les critiques qui sont faites sur ce contrôle. Plus généralement, la recherche doit apporter des connaissances et étayer un sujet. La prise de position des chercheurs n’est pas toujours identique mais elle n’est pas interdite, et heureusement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *