A la croisée des textes : le logiciel HyperMachiavel

Les nouveaux outils numériques en Sciences Humaines et Sociales ont pour but de renouveler la méthode de faire des humanités, soit en développant les possibilités offertes par les outils d’analyse traditionnels (ou manuels), soit en inventant une nouvelle manière de faire. HyperMachiavel, un logiciel élaboré par Séverine Gedzelman dans le cadre du projet du laboratoire Triangle et s’appuyant sur le projet de recherche de Jean-Claude Zancarini consacré aux concepts politiques chez Machiavel, offre un nouveau regard sur l’approche littéraire des textes et permet d’en avoir une perception différente. Grâce à ces nouveaux outils, un nouvel angle de vue et de nouveaux principes méthodologiques s’offrent à nous que les méthodes antérieures de recherche ne permettaient pas d’obtenir, ou alors de manière beaucoup plus lente et fastidieuse.

Tout part d’une réflexion sur le procédé de traduction, sur ce qu’implique le fait de traduire. Traduire permet non seulement de retranscrire un texte dans une langue différente que sa langue d’origine, mais l’acte de traduire est également à l’origine de la naissance d’autres textes, les traductions : ainsi, on pourrait parler d’un certain patrimoine commun formé par l’ensemble de ces textes.

C’est ce patrimoine commun que le logiciel HyperMachiavel cherche à étudier et à mettre en perspective. Conçu pour en avoir une vision d’ensemble, il s’avère être un outil à la fois analytique et synthétique pour l’étude de textes. Il apporte avant tout un point de vue extensif en permettant de parcourir les textes intégralement et simultanément, et ainsi comparer les différents effets d’une accumulation de traductions tout en prenant en compte les autres informations telles que les notes et les métadonnées. HyperMachiavel compare l’edition princeps (Blado, 1532) avec les 4 traductions françaises du XVIème siècle, rendant compte de manière précise dont chaque traducteur traduit Le Prince et des relations que les traductions entretiennent les unes avec les autres.

La conception du logiciel est à la croisée de trois domaines : l’outil de traduction assistée par ordinateur OmegaT, Versioning Machine pour l’édition et la comparaison des textes (un outil antérieur à HyperMarchiavel et qui permet seulement une vue synoptique), et différents logiciels de textométrie comme TXM, MkAlign ou Lexico.

Cependant, malgré la rigidité apparente de ces outils, HyperMachiavel tend à être au plus proche de la « vie » des textes et à ne pas les enfermer dans un ensemble de données figées qui pourrait être réducteur. La traduction est un processus, une action plus qu’un résultat : HyperMachiavel permet de voir à l’œuvre les différences d’approche entre les traducteurs et de mettre en évidence leurs choix lexicaux et stylistiques. Il faut donc se garder de tout fantasme d’exhaustivité qui prendrait la forme d’un « essorage » complet du corpus mais qui en anéantirait la vie.

C’est là la limite de ces outils numériques d’analyse textuelle : croire en l’analyse absolue qui parviendrait à aller au-delà même de la création des textes, mais qui en réalité oblitérerait la dimension d’œuvre. Il faut donc bien garder en tête que ces outils numériques ne sont pas une fin mais bien un moyen, et que s’ils peuvent apporter des clefs d’analyse précieuses, ils ne fourniront pas la « solution » ultime comme on résoudrait une équation. Le rôle du chercheur reste donc primordial face à ces outils.

Le parallélisme établi entre les textes, notamment par le biais de l’encodage, possède une qualité de clarté dans la représentation des textes mais est aussi un point faible (néanmoins nécessaire). En effet, ce type de démarche peut conduire à une normalisation des textes qui conduirait à les appauvrir. Les présenter et les traiter de la même manière permet certes la comparaison et la présentation uniforme des textes, mais non pas l’objectivité.

Capture d'écran 2016-01-04 11.47.25

Exemple d’encodage pour deux versions différentes du Prince (Capture d’écran Séverine Gedzelman/Joy Henrion)

 

 

Ainsi, l’hypervalorisation des textes est à double tranchant : à la fois complète mais avec un risque de surinterprétation, elle est un outil rêvé pour le chercheur mais comporte également des pièges.

De nombreux projets sont nourris par cette volonté de creuser au plus profond des textes et d’en faire ressortir ce que « l’oeil nu » ne peut percevoir. Il en est ainsi de logiciels comme la Base de Français Médiéval, qui s’appuie sur un corpus de textes ayant trait à la Quête du Saint Graal et offre une perspective diachronique sur les textes : http://txm.bfm-corpus.org/.

 

 

Capture d'écran 2016-01-08 20.54.31

Exemple de l’utilisation de la fonction « Concordances » dans TXM (Base de Français Médiéval) (Capture d’écran Joy Henrion)

 

 

On peut aussi évoquer le travail de Damon Mayaffre, dirigeant l’UMR Bases, Corpus, Langage à l’université de Nice Sophia Antipolis, consacré à l’analyse du discours politique qui s’appuie tant sur des données statistiques que sur des données de type qualitatif et se fondant en partie sur le logiciel HyperBase.

 

Capture d'écran 2016-01-08 21.30.25

Exemple d’utilisation du logiciel Hyperbase afin de définir l’environnement lexical d’un mot (Capture d’écran Damon Mayaffre/Joy Henrion)

 

 

Faire des humanités numériques implique donc avant tout des choix : choix des outils, choix de leur manipulation, choix de leur interprétation. Celle-ci, purement scientifique, doit se garder d’être normative : dans le cas d’HyperMachiavel, il ne s’agit en rien de « classer » les traductions ou de leur accorder plus ou moins de valeur. « Poser, expérimenter et construire »1 : là est le but premier de ces logiciels qui doivent être manipulés avec soin.

 

Publications et liens :

http://hyperprince.ens-lyon.fr/hypermachiavel

https://www.projet-plume.org/taxonomy/term/997/0

http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique654

Zancarini, Jean-Claude, Gedzelman, Séverine, HyperMachiavel. Un outil de comparaison de traductions, « Lingua e stile », XLVI, 2011, p. 247-264.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *