HyperMachiavel ou la tour de Babel des logiciels d’analyse textuelle

Dans le domaine des lettres françaises, de nombreux chercheurs se sont emparés du numérique. Il s’agit pour eux de créer des outils à la fois puissants et précis, capables de les aider à opérer des analyses textuelles à des échelles que le travail manuel seul ne permettrait pas d’atteindre. Pourtant, une fois créés, ces outils peinent à rayonner au-delà du cadre de recherche dans lequel ils ont été conçus. De nombreux chercheurs d’humanités numériques en viennent alors à développer des projets similaires, sans pleinement bénéficier de l’expérience de leurs collègues.

HyperMachiavel est un de ces outils. Développé par Séverine Gedzelman de 2008 à 2012, il a été conçu pour permettre à Jean-Claude Zancarini, professeur émérite d’italien à l’ENS de Lyon, d’étudier avec une précision inédite les particularités sémantiques de quatre traductions françaises du Prince de Machiavel datant toutes du XVIe siècle. Il a pu ainsi évaluer l’impact des choix des traducteurs dans la réception en France de ce texte politique fondateur. À partir des textes (celui de la version originale et ceux des traductions) scrupuleusement encodés en XML-TEI, l’interface d’HyperMachiavel a par exemple permis à Jean-Claude Zancarini d’observer en quelques clics toutes les traductions d’un mot du Prince avec leur nombre d’occurrences et leur position dans les textes traduits. HyperMachiavel a également été à même de lui fournir une représentation en graphe à deux niveaux de ces différentes traductions françaises et de tous les mots italiens traduits par chacun de ces mots français. Le mot italien « stato », par exemple, a été traduit en français tantôt par « état », « seigneurie » ou « pays ». Mais ces mêmes termes français ont servi, dans les différents textes, à traduire tantôt « stato », « principato », « dominio » ou « imperio ». Si ces termes italiens ont des sens bien distincts, l’utilisation des mêmes mots français indifféremment pour les traduire a conduit à une confusion de leurs significations : tous ont ainsi tendu à l’équivalence, désignant globalement le lieu et les formes du pouvoir. De ce flou sémantique s’est opéré un brouillage dans l’analyse des fonctionnements politiques. Ces résultats et bien d’autres tout aussi pointus, impossibles à obtenir sans l’aide d’un outil numérique performant et développé sur mesure pour son projet, ont nourri toute une série de publications scientifiques sur le Prince et ses premières traductions françaises. Jean-Claude Zancarini et Séverine Gedzelman espèrent que d’autres chercheurs trouveront le même intérêt à HyperMachiavel, surtout parmi ceux qui souhaitent travailler en même temps sur plusieurs traductions d’un texte.

Exemple de graphe produit par HyperMachiavel

Exemple d’un graphe à 2 niveaux montrant les traductions de « ordine ». Au centre, en jaune, « ordine » ; au premier niveau, en bleu, ses traductions françaises dans les textes étudiés ; au deuxième niveau, en jaune, tous les mots italiens traduits par chacun des mots français. (Capture d’écran Séverine Gedzelman)

Pourtant, au-delà de cet usage extensif mais isolé du logiciel, HyperMachiavel court le risque de ne pas trouver son public. Cette désaffection programmée est due à plusieurs contingences. D’abord, le support du logiciel n’est plus assuré depuis 2012, date à laquelle les subventions de l’ANR (Agence nationale de la recherche) pour le projet ont pris fin. Cela rend les éventuels problèmes techniques rencontrés par de futurs utilisateurs difficiles à résoudre. Par ailleurs, ce logiciel, aussi performant soit-il, a été conçu dans le cadre d’un projet de recherche très spécifique, et il est difficile de lui imaginer d’autres usages que ceux qu’en fait Jean-Claude Zancarini, son co-concepteur. Enfin, et surtout, il ne semble pas exister pour le moment de plateforme commune aux Humanités numériques qui permettrait la capitalisation de ce type d’outils et leur transmission entre chercheurs, grâce notamment au partage d’une documentation suffisante pour assurer leur prise en main.

Ces obstacles au rayonnement d’HyperMachiavel paraissent caractéristiques des outils nés de projets numériques dans le domaine des Lettres. Les dossiers de Bouvard et Pécuchet en offrent un autre exemple flagrant. Le projet, né en 2005 dans le laboratoire LIRE de l’ENS de Lyon, a consisté en l’élaboration d’un outil en ligne permettant l’expérimentation autour des brouillons de la dernière œuvre inachevée de Flaubert. Après dix ans de financements renouvelés et d’un développement informatique plus que chaotique, seule une version incomplète de l’outil est disponible, et les textes des brouillons n’ont pas fini d’être encodés en XML-TEI, étape indispensable à leur utilisation dans l’outil. Leur équipe de recherche éclatée, leurs financements asséchés, Les dossiers de Bouvard et Pécuchet sont voués à rester à l’état de belle idée. L’outil, en lui-même, est ambitieux et son usage potentiel, passionnant. On l’imagine décliné pour la manipulation prolifique d’une pluralité de textes littéraires inachevés ou fragmentaires, réalisée par des chercheurs, des étudiants ou de simples curieux de divers horizons sur des œuvres provenant d’époques et de lieux variés. De même, HyperMachiavel pourrait faire le bonheur de toute une génération de traducteurs, linguistes et philologues, si son entretien et son amélioration étaient assurés de manière durable et sa publicité faite plus largement dans les universités et les laboratoires de recherche1.

D’où vient alors que des outils prometteurs, qui ont demandé le travail minutieux de chercheurs et d’informaticiens pendant de longues années, servent souvent au mieux à la réalisation d’un projet de recherche, au pire à moins que cela ? Le système de financement de la recherche semble imposer pour le moment aux chercheurs et aux laboratoires d’imaginer une application concrète précise au développement d’un outil numérique, qui ne doit pas être pensé pour lui-même mais bien dans le but de réaliser une tâche de recherche irréalisable autrement. Il en résulte que des outils sont régulièrement créés sur mesure pour répondre aux besoins d’un projet de recherche particulier, et leur rayonnement, en plus d’y être restreint, s’arrête souvent au terme des années de financement allouées par l’ANR. De plus, ces outils ne favorisent généralement pas leur appropriation par des chercheurs étrangers au projet. Complexe, plus ou moins bien documenté, leur usage demande de la patience, autrement dit du temps que les chercheurs n’ont généralement pas. Plutôt que de partir d’un outil déjà existant et d’apprendre son langage, quitte à l’améliorer en fonction de leurs besoins propres, les nouveaux projets de recherche, s’ils sont ancrés dans le numérique, ont donc tendance à opter pour la recréation, depuis le début, d’un nouvel outil dont ils maîtriseront les tenants et les aboutissants. Ce processus, coûteux en temps et en ressources, résulte en l’édification depuis quelques années d’une tour de Babel des logiciels d’analyse textuelle. Imaginés pour aller au-delà des simples compétences humaines, ils sont voués à tenir des discours similaires, mais dans des langages apparemment incompatibles : Versioning Machine, HyperMachiavel, TXM

Concordances dans HyperMachiavel et TXM

Outil de concordance dans HyperMachiavel (à gauche) et TXM (à droite) : la parenté entre les deux est évidente. (Captures d’écran Séverine Gedzelman et Caroline Dumazet)

Pourtant, cet état de fait n’est pas une fatalité. Le projet PLUME, comme « Promouvoir les logiciels utiles maîtrisés  et économiques » dans l’enseignement supérieur et la recherche, avait quatre objectifs² :

  • mutualiser les compétences sur les logiciels (et valoriser ces compétences),
  • promouvoir les développements internes,
  • animer une communauté autour du logiciel,
  • promouvoir l’usage des logiciels libres et la contribution à leur élaboration.

Malheureusement, faute de financements, PLUME a cessé de fonctionner en juin 2015. D’autres projets tels que TXM, un logiciel de textométrie, ou SyMoGIH dans le domaine de l’Histoire, ont pour vocation de fédérer un plus grand nombre de chercheurs autour d’un même outil. TXM est maintenant développé depuis 2007 grâce à des financements répétés de l’ANR et bénéficie d’ailleurs des apports de certains projets « satellites », comme HyperMachiavel, dont une partie du développement a été communiquée à l’équipe de TXM pour enrichir son logiciel de nouvelles fonctionnalités. Pour pouvoir continuer de développer leur potentiel, le domaines des lettres numériques et les humanités numériques dans leur ensemble n’ont-ils pas intérêt à capitaliser leurs ressources, à documenter leurs outils, et à bâtir à partir de ce qui existe déjà ? Sinon, leurs projets de recherche ne courent-ils pas le risque d’apparaître comme n’étant pas rentables, voire de décourager ceux qui sont aujourd’hui enthousiastes à se lancer dans la recherche à l’aide d’outils numériques ?

Caroline Dumazet

 

 

1 On peut en tout cas le supposer, dans la mesure où cet outil, comme de nombreux outils des Humanités numériques, est développé sous licence libre.

2 Tels que définis sur la page de présentation du projet.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Sauret dit :

    Merci pour ce point de vue. Sur le mode de financements de la recherche et de ses outils, le constat est évident. Sur la tour de Babel qui en résulte, votre analyse reste peut-être à tempérer avec le (contre-)point de vue d’Antoine Blanchard et Elifsu Sabuncu (Les humanités numériques, une science Plug&play ? https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01248081), qui se méfient d’une science *out of the box*, prête à l’emploi. Ils préconisent justement le développement de ses propres outils dans une démarche *outside the box*, hors des sentiers battus. La conception et l’implémentation imposent effectivement aux équipes de recherche une réflexivité nécessaire au moment où les humanités digitales explorent encore des méthodes, des protocoles, des formes de publications, etc.

    Finalement c’est la question de l’institutionnalisation des humanités qui est posée. Il me semble qu’il est encore trop tôt pour figer les outils, et que l’exploration technique se doit encore de nourrir la réflexion sur la nouvelle epistémé.

    Ceci dit, pour aller dans votre sens, on peut sans doute tendre vers un équilibre entre le DIY jetable (out-the-box) et le Plug&play packagé. Il me semble que c’est ce que font les outils comme TXM ou Gephi qui sont stables, maintenus et qui s’enrichissent avec des communautés d’usagers et de développeurs étoffant les noyaux de plugins, de tutos, etc.

    Les enthousiastes concluent :
    > « Si les humanités numériques sont une science centrée sur les outils, alors il est important de s’intéresser au processus de création de ces outils, aux questions nouvelles qu’ils posent. Bien loin de stériliser le champ, ils deviennent alors des moteurs heuristiques pour la recherche, associée à la création. Les humanités numériques ont finalement de beaux jours devant elles ! »

    (voir Valérie Carayol; Franc Morandi. Le Tournant numérique des sciences humaines et sociales, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2015, 978-2-85892-441-7)

    • Merci pour cette analyse qui offre un intéressant contrepoint. Malheureusement, l’article que vous citez n’est pas disponible à la lecture avant trois mois. Néanmoins, je suis d’accord avec vous : il doit exister un juste milieu entre le « out-of-the-box » et le « from scratch », et TXM en est un heureux exemple. Les humanités numériques ont sans nul doute encore beaucoup de passions à soulever 😉

  2. Giovacchini dit :

    Comme cela fait du bien de lire cela ! Effectivement le financement par projets n’est pas le plus adapté pour des entreprises qui sont par définition de durée ouverte – puisqu’un outil, ça se conçoit, ça se développe, ça s’entretient, ça s’adapte et ça s’améliore en fonction des usages… Les financements type ANR sont conçus pour des recherches, non pour de l’ingénierie qui devrait se voir dotée de supports financiers et humains permanents, au service des chercheurs, comme cela se fait par exemple dans les UPS. Malheureusement la pénurie d’offres de financement oblige à se rabattre sur ces cottes mal taillées, les UPS et leurs personnels sont débordés – et si on ajoute à cela le fait que pour le moment, avoir un énorme volet « numérique » est un bon moyen d’attirer l’attention sur un projet et de le voir retenu, les logiciels morts-nés de ce type n’ont hélas pas fini de fleurir… Quel dommage, et quel gâchis !

    • Merci pour votre commentaire. Il existe effectivement une vraie disparité dans les durées en cours dans les humanités numériques. Il y a d’une part les durées nécessairement longues de la recherche et du développement d’outils informatiques ; d’autre part les durées courtes des financements à échéance déterminée. L’intervention souvent fractionnée des ingénieurs sur les projets de recherche semble aussi participer de ce déséquilibre. Des collègues et moi sommes en train de rédiger un autre article à ce propos, d’après un entretien avec la chef du projet « Les dossiers Bouvard et Pécuchet » (http://www.dossiers-flaubert.fr/). Restez connectée si le sujet vous intéresse 😉

  1. 05/03/2016

    […] outils développés dans le cadre de projets de recherche semblent abandonnés. [Lire à ce sujet : HyperMachiavel ou la tour de Babel des logiciels d’analyse textuelle]. De plus, comme la demande de cette doctorante n’était pas la première de ce type, nous […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *