Etude de cas : “The People of Medieval Scotland”

  • Page d'accueil

    Page d’accueil du projet “The People of Medieval Scotland”

  • BDD

    Capture d'écran de la base de données “The People of Medieval Scotland”

  • Factoid model

    Exemple du modèle “factoid” à partir d’un texte de J.R Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire.
    Source : “ Factoid-based prosopography and computer ontologies : Towards an integrated approach” de Michele Pasin et John Bradley

  • Dynamic connections cloud

    Capture d’écran de l’outil “Dynamic Connections Cloud”

  • Relationship exporer

    Capture d’écran de l’outil “Relationships explorer”

  • Active years

    Capture d’écran de l’outil “Browse people via their known active years”

Le projet “The People of Medieval Scotland”, démarré en 2007 et mis en ligne depuis 2010, est le résultat de deux projets réalisés par The Arts and Humanities Research Council (AHRC) : “The Paradox of Medieval Scotland” et “The Breaking of Britain”.
Il s’agit d’une plateforme contenant une base données de toutes les personnes connues en Écosse entre 1093 et 1314 ainsi que de nombreux outils de visualisation permettant aux utilisateurs de mettre en relation ces données.

Le modèle « Factoid »

Capture d'écran de la base de données “The People of Medieval Scotland”

Capture d’écran de la base de données “The People of Medieval Scotland”

La base de données “The People of Medieval Scotland” regroupe des informations sur plus de 20 000 personnes, tirées de plus de 8600 documents médiévaux écrits entre la mort de Malcolm III, le 13 Novembre 1093 et ​​le parlement de Robert I à Cambuskenneth le 6 Novembre 1314.

Si les auteurs précisent que le corpus de documents n’offre qu’une vue limitée de la société écossaise (les personnes citées proviennent très souvent de la royauté, de la noblesse ou de l’ecclésiarchie), il s’agit toutefois d’une période trouble, débouchant sur la fin de la guerre avec l’Angleterre et surtout sur l’indépendance de l’Écosse. Ainsi, les documents composant la base de données accompagnent le processus de construction de l’Etat et leur nombre s’accroît dans le temps, soulignant le besoin d’administrer les échanges et les transactions dans le pays.

La base de données s’appuie sur des documents administratifs (chartes, déclarations, transactions…) entre deux entités ou groupes d’entités à propos d’un fait : transactions, alliances, remerciements, etc. Dans l’article “Factoid-based prosopography and computer ontologies : Towards an integrated approach”, John Bradley et Michele Pasin, deux auteurs du projet PoMS, parlent de “factoid” : une source primaire où quelque chose est dit sur une ou plusieurs personnes. Il s’agit de faire le lien entre une source, une personne et un fait en considérant toujours ces informations comme découlant de cette source. Les données sur une personne ne sont donc pas un récit sur ce que nous savons de la personne, mais une collection d’informations émanant de ce que les multiples (et parfois contradictoires) sources disent d’elle.

Exemple du modèle “factoid” à partir d’un texte de J.R Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire. Source : “ Factoid-based prosopography and computer ontologies : Towards an integrated approach” de Michele Pasin et John Bradley

Exemple du modèle “factoid” à partir d’un texte de J.R Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire.
Source : “ Factoid-based prosopography and computer ontologies : Towards an integrated approach” de Michele Pasin et John Bradley

Dans le projet PoMS, pour chaque “factoid”, nous retrouvons donc la source associée, les personnes et institutions concernées, leurs relations, leurs titres et fonctions ainsi que la transaction effectuée.

La base de données peut ainsi être utilisée comme une source d’information autonome, mais aussi comme moyen de refléter les interactions et les relations entre les gens comme cela est représenté dans les documents.

De nouvelles perspectives grâce aux outils de visualisation de données

Avec ces nombreuses sources sur plus de 20 000 personnes, la base de données PoMS met à disposition de ses utilisateurs une base de données extrêmement riche.

Cependant, la tâche pour l’utilisateur n’est pas forcément aisée : à moins de savoir ce qu’il souhaite obtenir, il est difficile, avec une telle quantité d’informations, de s’y retrouver, et encore moins de donner un sens à ces données. Par exemple, il est compliqué de déceler les liens entre les personnes ou les institutions, ou encore d’avoir une vision globale des échanges sur une période donnée sans se trouver en surcharge d’information.

Alors, comment mettre en avant ces connexions ? Comment cette richesse de données peut être comparée et corrélée en gardant une certaine cohérence ?

Afin de répondre à ces questions, Michele Pasin, architecte de l’information et chercheur en web sémantique, a développé le PoMS Labs. Cette section du site contient de nombreux outils permettant d’interagir avec les données pour faciliter l’analyse à travers des dimensions prédéfinies et mettre en évidence des éléments qui seraient autrement difficiles à détecter.

Voici la description de certains de ces outils.

  • Dynamic Connections Cloud
Capture d’écran de l’outil “Dynamic Connections Cloud”

Capture d’écran de l’outil “Dynamic Connections Cloud”

L’outil “Dynamic Connections Cloud” permet de construire une chaîne de connexion en naviguant progressivement de personne en personne grâce aux liens qui les unissent.

Pour chaque relation entre deux personnes ou institutions, nous pouvons voir les événements en commun (factoids) et leurs nombres.

  • Relationships explorer
Capture d’écran de l’outil “Relationships explorer”

Capture d’écran de l’outil “Relationships explorer”

L’outil “Relationships explorer”, utilise le Diagramme de Sankey, afin de comparer les différents rôles tenus par deux personnes dans le cadre de leurs faits communs.

Le réseau est composé de trois étapes qui se lisent de gauche à droite : la personne/institution A avec son rôle – l’événement qui relie la personne A avec la personne B – la personne/institution B.

Cela permet de mettre en évidence les relations qu’entretenaient les deux parties : si dans leurs échanges, l’une des deux personnes a souvent été témoin d’événements, cela ne signifie pas la même chose quant à la nature de leur relation que si cette personne avait été majoritairement bénéficiaire.

  • Browse people via their known active years
Capture d’écran de l’outil “Browse people via their known active years”

Capture d’écran de l’outil “Browse people via their known active years”

L’outil “Browse people via their known active years” permet de visualiser par un rendu HTML, le nombre d’années actives des personnes de la base de données. Il est possible de trier ces données par le nom et le prénom, mais surtout par le nombre d’années actives et par dates.

Cet outil de visualisation simple, permet par exemple de s’interroger sur le nombre d’années actives en période de guerre par rapport au nombre d’années actives en période de paix. Cela permet aussi découvrir que le nombre de personnes actives est plus important en fin de période (par exemple des années 1290 à 1300) qu’au début (1100-1110).

Une nouvelle manière d’interroger l’Histoire ?

“The People of Medieval Scotland”, grâce à son modèle “factoid” et à ses outils de visualisation, permet de questionner de manière innovante les données biographiques et historiques de cette période de l’Histoire de l’Écosse.

Il permet, à partir d’une quantité importante de données, de réaliser des analyses très fines et très précises en se concentrant à chaque fois, sur des points de vue et des enjeux différents.

Le projet, toujours actif, compte plus de 41 000 visiteurs uniques depuis 2012.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *