La recherche en Histoire sera ou ne sera pas (numérique)

30 novembre 2013
Par

Ce billet tente une bref compte-rendu des 2 premiers chapitres de l'ouvrage collectif Past present and future of historical science, par Onno Boonstra, Leen Breure et Peter Dorn (Amsterdam, 2004).

Déjà, quinze ans en arrière, "l’historien refusant d’utiliser un ordinateur dans ses recherches s’interdisait l’accès à un large champ d’investigations, et se voyait par là même discrédité". Depuis, des progrès ont été fait en matière de démocratisation des technologies et usages informationnels, mais force est de constater que l’Histoire n’a pas réussi à prendre pleinement ce mouvement en marche.

C’est ce décalage, ce retard, qui pousse les auteurs à écrire cette analyse, en revenant sur la difficile pénétration des technologies et usages numériques au sein des environnements et équipes de recherche en Histoire.

Leur argumentaire se construit autour d'une démonstration empirique des liens entre Sciences de l'Information et Recherche en Histoire, à travers la mise en lumière de méthodologies communes. Ils théorisent ainsi autour du concept des Sciences de l'information historique, qui rassemblent les pratiques et outils documentaires les plus adaptés à la Recherche historique.

 

Sciences de l'Information et e-initiatives

Les Sciences de l’Information reposent sur "la méthodologie propre à la récolte, la manipulation, le stockage, la recherche, la classification et le transfert de l’information. Elles aspirent à rassembler des concepts et méthodes issues de multiples disciplines comme la bibliothéconomie, l’informatique et la communication."
A ce titre, toutes les définitions concordent vers le postulat que l’information est plus de la donnée que du savoir, le savoir nécessitant l’intégration et la ré-interprétation par une personne de la prime information. On peut alors établir la continuité qui organise cette progression :

donnée   -->  information   -->   savoir 

On peut de la même manière définir synthétiquement les principes sous-tendant les initiatives numériques autour des sciences. Pour le Royaume-Uni, le terme e-Science est ainsi utilisé dans le cadre de “sciences se basant de manière croissante sur des collaborations distribuées permises par Internet, utilisant des volumes de données de l’ordre du Tera et s’appuyant sur des systèmes performants de visualisation de l’information”.

Les auteurs avancent qu'une approche réellement systématique de telles dynamiques nécessiterait un outil bien plus puissant que le World Wide Web, un environnement de travail qui dans son état actuel manque d'interopérabilité (en cause, des formats différents de bases de données, des logiciels propriétaires limités à certains formats, ou les connaissances en langages informatiques nécessaires pour tirer pleinement parti de cet écosystème).

La Grille pourrait être de fait être la technologie qui permettra cette utilisation à une échelle planétaire des ressources informationnelles et des capacités de calculs des centres de recherche mondiaux.
Cette infrastructure permettrait des échanges souples, sécurisés entre des groupes recomposables de personnes, organismes et ressources (Foster et Kesselman, 1999).
Une analogie est proposée à travers le réseau électrique qui permet l’usage d’une énergie accessible, normalisée, et ainsi presque oubliée - dans ses considérations infrastructurelles - par ses utilisateurs.

CQFD : Edité en 2004, l'ouvrage ne peut que logiquement faire l'impasse - bien malgré lui - sur la tendance actuelle de l'usage en expansion du Cloud, qui regroupe les caractéristiques citées précédemment : interopérabilité, simplicité d'usage, collaboration.

 

 

Le Cloud computing ou un réseau transparent et réduit à sa plus simple essence

 

Structures et groupes de réflexion

Depuis les années 80, la montée en puissance de l’informatique a lentement mais sûrement perverti une très large majorité de domaines scientifiques, bien que des éléments résistent encore de manière obtuse à ce bouleversement des usages et des mentalités. Pour autant, ces changements restent encore peu compris.

Certaines institutions cherchent ainsi à coordonner les efforts visant à généraliser et favoriser les réflexes organisationnels centrés sur les technologies numériques. Pour le cas du Royaume-Uni (le contexte principal de l'ouvrage), on peut citer the National Center for eSocial Sciences, qui vise à promouvoir le recours à ce type de technologies et méthodes, ainsi que the Arts and Humanities Data Service (AHDS), qui comprend :

  • The Office for Humanities Communication du King’s College à Londres, jouant un rôle de coordinateur et de préconisateur dans la diffusion de ces pratiques.
  • The Humanities Computing College à Oxford, avec plus un rôle de support auprès des projets de recherche, de par ses prérogatives de maintenance et de développement d'outils nécessaires à ces entreprises scientifiques. Lui-même s'appuie sur 3 structures :
    1. the Center for Humanities Computing
    2. the Oxford Text Archive
    3. the Humbul Humanities Hub

The Arts and Humanities Research Board cherche ainsi à approfondir la compréhension des méthodologies encadrant les équipes dans leurs démarches.

Enfin, on peut également considérer quelques revues traitant de ces thématiques, telles Computers and the Humanities, History and Computing ou encore Humanist.

 

Humanités numériques ou humanités informatisées?

En considérant les pratiques avantagées le plus naturellement par le numérique - l'archivage, la recherche, la diffusion et l'enrichissement des médias - il est compréhensible de se demander si ce changement drastique n’est pas la simple adaptation d'anciennes méthodes à un nouvel environnement (informatisé).

Leur qualité interdisciplinaire tend en effet à faire disparaître les frontières traditionnellement acceptées, rendant plus complexe les tentatives des universitaires pour les définir, les obligeant à repenser en profondeur le processus de la recherche.

 

Les Humanités numériques sont-elles une discipline académique ? (Rockwell, 1999)

Les Humanités numériques sont-elles une discipline académique ? (Rockwell, 1999)

 

Ce laborieux processus réflexif montre toute la difficulté pour l'aéropage collégial de convenir d'une définition, nécessaire à toute forme de normalisation de ces disciplines.

Mais en se basant sur les besoins exprimés par l'ensemble de cette communauté de spécialistes, on pourrait identifier rapidement les fondements même de cette révolution : l'optimisation des outils propres à la représentation et la manipulation des connaissances ... et donc dans une dimension plus générale, la gestion de l'information (Hockey, 1999).

Le Département des Humanités informatisées de Bergen en Norvège tente ainsi de répondre à ces problématiques à travers le prisme de la méthodologie de recherche à l'heure numérique, en se focalisant sur 4 grands axes :

  • Les méthodes informatiques appliquées aux Humanités.
  • La recherche autour du multimédia et de l'hypermédia.
  • La réflexion sur les logiciels pédagogiques et le développement de pratiques de travail à distance à l'aide des réseaux.
  • L'approfondissement de la compréhension de la culture numérique émergente, à travers ses codes rhétoriques et esthétiques.

 

Exemple pratique de l'Histoire associée à l'Informatique

Afin de mieux faire appréhender l'importance de l'information dans ces initiatives, les auteurs se concentrent sur l'Histoire : pour eux c'est une Science de l'Information à part entière, de part son rôle d'informer le présent à propos du passé.

Ainsi, "les sciences de l’information historique intègrent à parts égales le domaine d’investigation historique, les méthodes des sciences sociales quantitatives et de recherche linguistique, l’informatique et les sciences de l’information centrées sur les sources, structures et communications dans l’Histoire" (McCrank, 2002).

Mais les Sciences de l'information historique ne pourraient être qu'une adaptation mathématisée de l'Histoire : il est de fait possible de suivre ces méthodes sans ordinateur (de telles considérations réduiraient considérablement le nombre de chômeurs, de part l'explosion de temps humain alors nécessaire) ... dans la réalité, pour d'évidentes considérations de productivité et de coût, les technologies informatiques sont indispensables.

Pour autant, se restreindre aux seuls  besoins technologiques appauvrit considérablement la réflexion inhérente pour discerner clairement les nouvelles dynamiques professionnelles et compétencielles en jeu. En effet, pour sortir les chercheurs de leur posture de "moines copistes des temps modernes" (Doorn, 2000) - répétant laborieusement des opérations de numérisation, de recherche par facettes, d'indexation - il devient nécessaire de former une nouvelle génération d’historiens ayant des compétences en gestion de l’information et nouvelles technologies, à savoir la programmation, la gestion de bases de données, la production de contenus multimédia.

Cela permettra bien évidemment de leur faire gagner en productivité, mais sera surtout la manière la plus appropriée pour répondre aux nouvelles opportunités de recherche générées par la croissance continue du volume de sources numériques historiques.

Car les Sciences de l’information historique sont centrées sur les problématiques de la recherche en Histoire, leur cherchant des solutions génériques à l’aide des nouvelles technologies. Par "solutions génériques", on comprendra des méthodes et outils pouvant être déclinés dans d'autres domaines de savoirs mais s'appuyant sur la même base technologique, logicielle ou programmationnelle.

Les Sciences de l'Information historique restent néanmoins confrontées à des problèmes propres à l'Histoire et sa tradition de recherches de sources fiables, stabilisées :

  • Problèmes informationnels de sources historiques (les sources ne sont pas assez prégnantes)
  • Problèmes informationnels de relations entre sources (des sources associées au même fait peuvent manquer de liens entre elles, voire être antinomiques)
  • Problèmes informationnels dans l’analyse historique (manque d'outils à même d'appréhender au mieux la dimension historique des sources)
  • Problèmes informationnels de représentation ou d’analyse des sources

 

Le renouveau du cycle de vie de l’information

Désormais, les scientifiques doivent traiter des quantités croissantes de données, et qui seront dans un futur proche principalement issues de documents nativement numériques. Ces impératifs amènent à repenser la gestion archivistique de l'information et ses 3 temporalités traditionnelles (archives courantes, intermédiaires, puis définitives).

Le cycle du document numérique est moins statique, en ce sens qu'il revient concrètement sur la définition même d'un cycle : la répétition infinie de différentes étapes ou temporalités (ici, afin de potentialiser l'usage, l'enrichissement et le stockage de l'information) :

 

Historical information life cycle_Boonstra_V2

Le cycle de l'information à l'ère du numérique

 

Ce nouveau cycle a de réels avantages pratiques, car il favorise :

  • la pérennité (les documents sont stockés sur des systèmes redondants et sécurisés)
  • l'utilisabilité - et donc l'efficience - grâce à l'ergonomie conditionnée par un accès facilité via des systèmes informatiques
  • la modélisation, à l'aide de méthodologies, outils et infrastructures généralistes mais adaptables selon le cas d'emploi

Ce revouveau général des outils et logiques organisationnelles offre à la recherche en Histoire une chance de transcender les problèmes qui ont de tout temps compliqué sa bonne marche, la gestion et l'accès aux archives. Ainsi, en se détachant des supports physiques, les historiens pourront se focaliser sur l'essence même de leur quête : l'information.

 

BOONSTRA O., BREURE, L., DORN P. . Past Present and Future of Historical science, Historical social research, Amsterdam, 2004URL http://www.ahc.ac.uk/docs/pastpresentfuture.pdf

 

Références citées

DOORN P. . The Old and the Beautiful. A soap opera about misunderstanding between Historians and Models, Moscow University Press, 2000.

FOSTER I., KESSELMANN C. . The Grid : Blueprint for a new computing infrastructure, Morgan Kauffmann, 1999.

HOCKEY S. . Is there a computer in this class? 1999. URL : http://www.iath.virginia.edu/hcs/hockey.html

MCCRANK L.J. . Historical information science. An emerging discipline, Information today, Medford, 2002.

ROCKWELL G. . Is Humanities computing an academic discipline? 1999. URL : http://www.iath.virginia.edu/hcs/rockwell.html

WIKIPEDIA. Le cycle de vie du document selon les principes archivistiques. URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_de_vie_(document)#Le_cycle_de_vie_du_document_selon_les_principes_archivistiques


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Billets

2 commentaires pour “ La recherche en Histoire sera ou ne sera pas (numérique) ”

  1. Loup Cellard le 23/12/2013 à 17:01

    Merci pour ce billet,
    Pour aller dans le même sens que Jean-Phillipe, est ce que le terme "e-Science" est contemporain du texte ou est-ce une dénomination plus récente ? Et quelle différence entre e-science, digital humanities, et open science ?

  2. Jean-Philippe Magué le 06/12/2013 à 1:36

    Votre billet est intéressant, mais il y a me semble-t-il un probleme d'historicité qui le traverse de part en part : le texte que vous commentez a été publié il y a près de 10 ans, mais votre texte est essentiellement au présent... Certains points mériteraient un peu plus de recul historique.

    Par ailleurs, alors que le livre décrit un cycle de l'information historique, vous évoquez un cycle du document numérique. Comment argumentez-vous le passage de l'un à l'autre ? Et comment argumentez-vous le fait que ce cycle favorise pérénité et utilisabilité (ce qui ne me parait pas évident du tout) ?

Laisser un commentaire

Master Archinfo

> Référentiel de compétences

> Présentation, Programme, Candidature

> INF41 Introduction aux humanités numériques


Carnets de recherche