Compte-rendu : Vers une édition sociale ?

13 novembre 2013
Par

Ce billet est un compte-rendu de l’article “Toward Modeling the Social Edition : An Approach to Understanding the Electronic Scholarly Edition in the Context of New and Emerging Social Media” publié en 2012 par Ray Siemens, Meagan Timney, Cara Leitch, Corina Koolen et Alex Garnett.

Cet article explore les possibilités qu’offrent les médias sociaux à l’édition savante en proposant une nouvelle typologie d’édition savante numérique, l’édition sociale.

Mutation de l’édition numérique à l’édition sociale

"Typographic Links" de Dan Collier

Alors que le texte a toujours été placé au centre des études littéraires, l’arrivée du web n’a fait que renforcer ce phénomène, au point que nous pouvons aujourd’hui commencer à construire une typologie de l’édition savante numérique à travers les différentes approches qui ont eu lieu autour du texte.

Les auteurs distinguent trois classes ayant construites l’édition numérique savante : le texte dynamique, l’édition hypertextuelle et l’édition dynamique.

Le texte dynamique

Le texte dynamique est l’un des premiers modèles à être nés du mouvement entre l'édition imprimée et l’édition numérique. Ce méthode permet une analyse textuelle assistée par un ordinateur en plus de l’interaction linéaire que nous connaissons habituellement. Cela consiste à encoder ou baliser un texte de manière précise afin de pouvoir l’interroger : quelle est la fréquence d’un terme dans un texte? Quelles évolutions le texte a-t-il connu? Quels sont les échanges qui ont eu lieu?

Dans « Ralentir : travaux », Almuth Grésillon constatait très justement : "[…] là où la forme du texte manifeste une structure finie et une version unique, consacrée par une édition canonique, l’avant-texte, par l’épaisseur des réécritures, se révèle radicalement incompatible avec une représentation textuelle à deux dimensions"(1). Le texte dynamique traite le texte comme une base de données qui permet au lecteur d’explorer des informations sur le texte, qui ne sont pas facilement accessibles dans une version imprimée, faute de temps.

L’édition hypertextuelle

La montée de l’hypertexte a permis d’apporter de nouvelles possibilités d’interaction avec le texte et a fait émerger ce que les auteurs appellent l’édition hypertextuelle. L’édition hypertextuelle encourage les lecteurs à utiliser les ressources complémentaires à un texte de manière immédiate et transparente via des liens hypertextes. Comme l’édition dynamique, les interactions proposées par l’hypertexte pourraient être réalisées avec une édition imprimée, cependant, elle est maintenant grandement facilitée tant par la disparition des contraintes physiques (économie de stockage des données) que par le gain de temps qu’elle apporte (instantanéité de l’accès). A travers l’édition hypertextuelle, le lecteur a accès immédiatement à une large gamme de ressources de tout type : texte, images, vidéos, sons, etc.

En naviguant de ressources en ressources, le lecteur gagne aussi en capacité d’analyse et d’esprit critique en obtenant une compréhension plus grande des enjeux que s’il n’avait eu que le texte d’origine devant les yeux.

L’édition dynamique

L’édition dynamique est apparue dans l’idée de réunir le texte dynamique et l’édition hypertextuelle afin que le lecteur puisse profiter à la fois d’une interaction dynamique avec le texte et des ressources connexes à ce dernier avec l’hypertexte qui permet de lier les différents matériaux.

A cela s’ajoute la volonté plus globale de représenter un texte dans un ensemble en constante évolution. Un article n’est plus seulement un texte isolé, c’est un texte faisant parti d’un ensemble se constituant d’autres textes, de discussions, d’échanges avec une communauté.

Une édition sociale?

Cependant, ces types d’éditions savantes numériques ne reflètent plus l’ensemble des possibilités qui s’offrent à nous aujourd’hui. Il est difficile actuellement d’ignorer l’influence du tournant social du web pour l’édition savante numérique : les médias sociaux apportent une quantité d’outils qui facilitent le partage, la collaboration et l’interopérabilité.

Ainsi, même si les chercheurs ont déjà intégré “naturellement” ces outils dans leurs vies de tous les jours et parfois dans leurs travaux, les auteurs de l’article souhaitent formaliser ces apports et proposer une boite à outils permettant de considérer l’édition sociale comme un prolongement plutôt que comme une rupture avec la tradition.

La boite à outils de l’édition sociale

Capture d’écran de Voyant Tools

Capture d’écran de Voyant Tools

L’annotation collaborative

L’annotation, habituellement produite par un éditeur devient, grâce aux nombreux outils existants et émergents, une annotation collaborative, permettant de faciliter la lecture et la rédaction de travaux, et de mettre en évidence des passages importants et discutables en ouvrant une discussion. La communauté entière peut réagir facilement et faire évoluer un texte. Si les auteurs de l’article citent les exemples de Diigo et de Digress.it, il existe aujourd’hui énormément de plateformes et d’applications d’annotations collaboratives : il s’agit souvent de fonctionnalités permettant de surligner ou de souligner un passage et d’apposer des commentaires en marge du texte, directement apparents ou bien sous forme d’onglets dépliables.

Le “user-derived Content”

Il s’agit de la construction collaborative des connaissances avec la création, la collecte et la gestion de contenus par l’utilisateur. Certaines initiatives de grande ampleur, telles que Commons de flickr, partagent régulièrement des photos d’archives publiques et proposent aux utilisateurs d’apporter leurs connaissances ou tout simplement leurs capacités d’observation pour enrichir la base de connaissance sur ces collections, comme cela a été le cas avec la Bibliothèque du Congrès.

La folksonomie

La folksonomie consiste en une classification collaborative et spontanée d’un contenu de la part des utilisateurs. Ces derniers ajoutent des métadonnées sous forme de tags ou de mots clés afin d’indexer un document numérique. De nombreux sites intègrent aujourd’hui cette fonctionnalité à commencer par Twitter, ou encore Delicious.

Les bibliographies communautaires

Ces outils permettent aux utilisateurs de collecter et cataloguer des références et des ressources. L’un des logiciels les plus populaires auprès des utilisateurs est Zotero, qui permet de récupérer, de stocker et d’annoter des références ainsi que de partager sa bibliothèque et d’utiliser facilement des citations de celle-ci.

Les outils d’analyse de texte

Ces outils permettent d’analyser un texte ou un corpus de texte de manière assistée par le logiciel. Par exemple, l’application Voyant permet d’uploader, sous différents formats, des textes (ou via un URL) et de les analyser en personnalisant son tableau de bord : la fréquence des mots dans un article, la fréquence dans le temps, etc. Ce tableau de bord peut être sauvegardé en générant un URL.

Une redéfinition des rôles ?

"Jean Miélot dans son scriptorium", de Jean le Tavernier (XVe siècle)

Au delà des avantages incontestables que ces outils peuvent apporter aux chercheurs, ils mettent aussi en exergue un certain nombre de questions qui bouleversent les rapports entre les différents acteurs de l’édition savante.

La première est celle du texte en tant que tel : doit-il être vu davantage comme un processus que comme un produit fini? Les outils sociaux encouragent les contributions des lecteurs, ce qui pousse à la ré-actualisation et aux changements d’interprétation d’un texte :  cette logique de dynamique privilégie le processus de construction sur le résultat final. La connaissance se fait grâce à une communauté composée de lecteurs-acteurs et s’enrichit continuellement.

La seconde concerne davantage les rôles traditionnels des acteurs de l’édition savante : avec la place que prend le lecteur-acteur dans la construction d’un texte, quel rôle reste-t-il pour l’éditeur? Pour les auteurs de l’article, l’éditeur doit se défaire de son rôle d’autorité incontestable pour celui de “facilitateur” de la participation des lecteurs. Ce point de vue est à rapprocher de celui de François Gèze, PDG des éditions La Découverte, qui voit l’éditeur comme un passeur, dont le rôle serait indispensable face à une offre de plus en plus grande sur le web :

“Je reste convaincu que ce rôle de passeur, non seulement continuera à exister, mais deviendra de plus en plus important. Pourquoi? Parce que, il est beaucoup plus facile qu’auparavant de publier, notamment sur le web, d’où une offre finalement pléthorique de lecture, numérique ou imprimée, au sein de laquelle les lecteurs seront particulièrement attentifs à la qualité précisément du travail de passeur, de celui qui a publié. Cette qualité, c’est d’une part la rigueur dans le choix des textes et des auteurs publiés, et d’autre part, la qualité du travail de mise en forme de ces textes.” (2)

Pour ce dernier comme pour les auteurs de l’article, l’édition savante vit un tournant majeur avec le numérique : l’édition sociale n’est pas encore une typologie balisée et elle reste encore, en grande partie, à définir.

(1) Almuth Grésillon « Ralentir : travaux », Genesis, no 1, 1992, p. 9-31.

(2) "François Gèze : 'L'éditeur continuera à jouer ce rôle de passeur' ", Libération, 29/04/2013


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Billets, Compte-rendu de lecture

2 commentaires pour “ Compte-rendu : Vers une édition sociale ? ”

  1. Loup Cellard le 18/11/2013 à 16:00

    Par rapport à la première typologie, je me demande si il ne faudrait pas s'écarter de la manière dont les auteurs du texte ont nommé les formes de l'édition savante afin de mieux les cerner. Par exemple, dans mon esprit, le terme "dynamique" renvoie à l'hypertexte alors que dans la partie sur le "Texte dynamique" tu insistes plutôt sur le fait qu'il est interrogeable et encodé (ici "dynamique" voudrait dire "plastique" ou "manipulable"). On pourrait presque proposer une autre typologie non ?

    J'ai bien aimé quand tu parles de la temporalité propre à l'écriture numérique (le texte "doit-il être vu davantage comme un processus que comme un produit fini?") c'est vraiment intéressant de voir le déplacement qui s'opère : on va apprendre grâce aux interactions avec nos pairs (le processus) et pas seulement grâce au texte (le produit fini)...

    Je signale au passage cet article d'Hubert Guillaud sur la future création d'un github pour les écrivains : http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2013/09/07/un-github-pour-les-ecrivains-%E2%80%A8/

  2. Jean-Philippe Magué le 14/11/2013 à 16:42

    Dans votre description de la typologie (une seule typologie, constituée de trois classes) proposée par les auteurs, vous mentionné la presse écrite. Il est plutot question d'édition imprimée.
    D'autre part, lorsque vous abordé l'édition sociale, vous indiqué que les trois types d'édition précédents sont apparus avant l’omniprésence d’internet dans nos vies. Deux remarques : les auteurs prédisent l'apparition d'éditions dynamiques, mais remarque que l'on n'en rencontre pas vraiment encore (p.6, juste après la note 5). Par ailleurs, pensez-vous vraiment que les éditions hypertextuelles remontent à avant l’omniprésence d’internet dans nos vies ? Tout en vous concédant qu'il n'est pas évident de dater l'omniprésence d'internet !
    Une dernière remarque : ponctuer le texte d'illustrations en rendrait la lecture plus fluide !

Laisser un commentaire

Master Archinfo

> Référentiel de compétences

> Présentation, Programme, Candidature

> INF41 Introduction aux humanités numériques