Le projet Newton : entre recherche historique et édition électronique

8 novembre 2013
Par

Considérations historiques

Tout à la fois scientifique, philosophe et théologien, le britannique Isaac Newton (1643-1727) a été de ces hommes qui ont révolutionné notre manière de penser et nos technologies.

Ses plus grandes réussites ont sûrement été la démonstration de l’attraction et des trois lois universelles du mouvement. Newton a également identifié le phénomène de décomposition du spectre de la lumière à l’aide de prisme, a été en concurrence avec Gottfried Wilhelm Leibniz sur la découverte du calcul différentiel, a inventé un télescope dépourvu d’aberrations chromatiques … il fût un esprit extrêmement inventif et analytique, pourvu d’une très grande puissance de travail et curieux du monde en métamorphose (l’Europe des Lumières) dans lequel il vivait.

 

Et tout ce dont on se rappelle ...

Et tout ce dont on se rappelle …

Mais avant d’aboutir à ces résultats, Newton fût un temps considéré comme un étudiant médiocre de par son manque d’intérêt pour les références scientifiques du Trinity College de Cambridge. Ce n’est qu’en abordant la pensée scientifique rationnelle, à travers les travaux de Descartes notamment, qu’il commençât réellement à s’investir dans une réflexion approfondie (en témoigne son carnet de note catalogué en tant que Pierpont Morgan Notebook, tenu dès 1659.

Émigrant de Cambridge en 1665 pour échapper à l’épidémie de peste, il retournât dans sa région natale pendant 2 ans, période durant laquelle il parvint à faire la démonstration de la décomposition du spectre colorimétrique de la lumière et approfondit également ses connaissances en physique et mathématiques : le jeune chercheur a tout juste 22 ans. A son retour à Cambridge, il se fait alors remarquer par ses pairs, ainsi de Barrow qui écrit de lui en 1669, “Mr Newton, a fellow of our College, and very young … but of an extraordinary genius and proficiency in these things”.

Newton attendra pourtant 20 ans avant de publier son traité Opticks (écrit en 1685 … mais édité en 1704) sur sa théorie de la couleur et la nature corpusculaire de la lumière. Sa personnalité complexe, son penchant à éviter la notoriété publique le poussèrent ainsi régulièrement à cacher ses travaux, ce qui pût le desservir auprès de la communauté scientifique (Robert Hook l’a ainsi accusé de plagiat pour sa théorie de la lumière et de la gravitation universelle).

Sa plus grande oeuvre, Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica, fût quand à elle publiée en 1685. Après le passage d’une comète en 1680-1681, il s’appuya sur la trajectoire elliptique identifiée, affina sa théorie, puis soumît ses travaux à l’astronome Edmund Halley (de ladite comète). Ce dernier poussera le chercheur à publier ses travaux – allant jusqu’à le financer – au vu de la rigueur de l’expérimentation menée et de la portée de ces théories. Seront ainsi présentés le principe de l’inertie, la proportionnalité des forces et des accélérations, l’égalité de l’action et de la réaction, et surtout la théorie de l’attraction universelle.

 

Les archives

A sa mort, Newton laisse une collection importante de notes, écrits non-publiés, correspondances (entre autre Christiaan Huygens, Edmund Halley) ou sources bibliographiques, touchant à la philosophie, la théologie, l’alchimie et bien sûr les sciences. Le lot sera dispersé et recomposé tout au long du 18ème  et du début du 19ème siècle, avant que la partie scientifique ne soit cédée à l’Université de Cambridge en 1827.

 

 The use of the table on a Ruler whereby to make a dyall for any latitude
(Isaac Newton, 1659)

Ce fonds est alors catalogué par John Couch Adams et George Stokes qui, s’appuyant sur la classification à l’oeuvre au 19ème siècle, scindent l’ensemble (en filtrant les éléments scientifiques) et perdent – involontairement – certains liens subtils entre des documents de nature et de sujets divers (l’alchimie et la théologie y prenant un part certaine).

Puis une vente du lot chez Sotheby’s New York en 1936 – l’économiste John Maynard Keynes s’y trouvant preneur d’un grand nombre de documents sur l’alchimie – amène J.C. Taylor (travaillant au sein de la maison d’enchères) à dresser le catalogue qui restera pendant 60 ans le plus utilisé parmi les spécialistes.

Actuellement, l’intégralité des sources originelles est dispersé sur une trentaine de sites au Royaume-Uni (Cambridge University Library et Trinity College Library à Cambridge) et aux Etats-Unis, bien qu’une partie des documents théologiques reposent à la Bibliothèque Nationale d’Israël à Jérusalem et que la Fondation Martin Bodmer à Genève détienne un traité religieux de 425 pages intitulé Of the Church.

 

 Le projet Newton 

Porté dès 1998 par l’éditeur en chef Rob Iliffe et le conservateur Scott Mandelbrote, le projet Newton apporte désormais une nouvelle dimension, une nouvelle promesse d’universalité à l’oeuvre de Isaac Newton. En nous offrant la possibilité d’accéder – beaucoup simplement, efficacement et exhaustivement – à la quasi-intégralité du témoignage documentaire de son travail, il paraît désormais évident de porter un nouveau regard sur cet ensemble.

Proposer une version électronique des traces manuscrites et des éditions officielles de ses oeuvres, tel est le but de ce projet qui associe archivistes, documentalistes, iconographes, traducteurs, webmasters et spécialistes des métadonnées autour d’une volonté commune de pérennisation de l’oeuvre de ce personnage clé de notre Histoire.

 

 

2 versions : texte original manuscrit et réédition diplomatique imprimée

 

Mais il ne s’agit pas simplement de fournir des documents textuels numériques reproduisant linéairement et passivement l’intégralité de sources papier. Plutôt de proposer des fichiers offrant une déconstruction systématique, hiérarchisée et exhaustive, des documents initiaux, en s’appuyant sur la structure normalisée et optimisée du schéma RDF – et donc de l’arborisation XML – stabilisée et diffusée par l’organisation du Text Encoding Initiative.

Les différents acteurs du projet ont également veillé à fournir deux versions de leurs fichiers électroniques :

Version diplomatique : contient une retranscription extrêmement fidèle (pas de modernisation des termes) et exhaustive du document original, intégrant les annotations, les ratures, les éléments rayés, toute information propre à identifier les interventions opérées tout au long de l’histoire du document (par l’auteur ou tout conservateur ou éditeur)

Version normalisée : contient une version simplifiée de la version diplomatique (les termes mal écrits sont corrigés mais les indications annexes sont toujours accessibles)

Les porteurs du projet nous permettent donc de découvrir les travaux de Newton de différentes façons : lecture classique sur une liseuse des versions normalisées ; recours aux versions diplomatiques pour une démarche éditoriale ou une considération d’ordre historique ; intégration des versions XML dans une base de donnée afin de mettre en place une étude plus statistique … de nombreuses options sont envisageables.

Le format numérique permet ainsi d’ouvrir au plus grand nombre ce fonds, tout en envisageant une multitude de possibilités quand au manière de l’appréhender.

 

L’apport du web sémantique comme nouveau prisme ?

Le projet Newton accumule désormais près de 6 millions de mots numérisés. Fort heureusement il repose sur des bases solides, de par son choix du XML comme garant de la pérennité de ces éditions électroniques : sa structuration extensive à l’aide de balises, s’appuyant sur des attributs normalisés, assure un maximum d’interopérabilité pour les métadonnées et les informations ainsi conditionnées.

Grâce à cette interopérabilité, il est crédible d’envisager un recoupement dynamique avec d’autres fonds électroniques ou bases de données connexes, pour concevoir de nouveaux angles d’étude sur l’Historiographie et l’Histoire scientifique, le mouvement des Lumières, ou la société britannique au 17ème et 18ème siècle …

En effet, la redocumentarisation (Salaün, 2010) opérée à travers ce projet s’inscrit dans une volonté de réinvestissement des archives sous le prisme du “Linked data”, une dynamique poussant les acteurs du Web à ouvrir leurs bases de données et les rendre interopérables afin de démultiplier les opportunités de recherche (plus de bases, donc plus de données, donc plus de caractéristiques potentielles et associations possibles).

Hébergé sur les serveurs du University of Oxford Text Archive, le Projet Newton pourrait ainsi profiter des autres fonds également hébergés, structurés et normalisés à l’aide de technologies et formats compatibles (OTA abrite entre autre les versions électroniques des oeuvres de William Shakespeare, John Milton ou Daniel Defoe).

Il sera peut-être possible de retrouver certains détails, oubliés au cours de l’Histoire, concernant Newton et sa démarche, ses méthodes, ses principaux collègues et mentors, sa jeunesse … nous souhaitons au projet et à ses prochains développements toute la réussite possible.

 

Merci à Gotlib pour l’illustration de Newton

Références

Référence n°1
TORRES Ricardo, Zero gravity – The Lighter side of Science. URL : http://www.aps.org/publications/apsnews/200908/zerogravity.cfm

Référence n°2
MS Add (Pierpont Note Book). 3996, Cambridge University Library, Cambridge, UK. URL : http://www.newtonproject.sussex.ac.uk/view/texts/normalized/THEM00092

Référence n°3
Newton’s Life and Work at a Glance, The Newton Project. URL : http://www.newtonproject.sussex.ac.uk/prism.php?id=15

Référence n°3bis
Isaac Newton’s Personal Life, The Newton Project. URL : http://www.newtonproject.sussex.ac.uk/prism.php?id=40

Référence n°4
Isaac Newton, Wikipedia. URL : http://en.wikipedia.org/wiki/Isaac_Newton 

Référence n°5
The Sotheby Sale of Isaac Newton’s Papers in 1936, The Newton Project. URL :  http://www.newtonproject.sussex.ac.uk/prism.php?id=23

Référence n°6
DRISCOLL M.J., Electronic Textual Editing: Levels of transcription, Text Encoding Initiative. URL : http://www.tei-c.org/About/Archive_new/ETE/Preview/driscoll.xml (consulté le 08 novembre 2013)

Référence n°7
SALAÜN Jean-Michel, La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information, Études de communication [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2009. URL : http://edc.revues.org/428 (consulté le 08 novembre 2013)

Référence n°8
Catalogue, University of Oxford Text Archive, UK. URL : http://ota.ahds.ac.uk/catalogue/index.html  (consulté le 08 novembre 2013)


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Billets

Un commentaire pour “ Le projet Newton : entre recherche historique et édition électronique ”

  1. Jean-Philippe Magué le 14/11/2013 à 16:16

    Les mentions à RDF, au web sémantique et aux linked data ne sont pas appropriése dans le contexte de projet ! Et il faudrait que vous mettiez un lien vers le projet. Par ailleurs, quelques illustrations allèregaient le texte. Enfin, pour vos références, vous pouvez utiliser des notes de bas de page. Pour cela, placez le texte des notes entre double parenthèses ((ici!)) à l’endroit où vous désirez voir l’appel.

Laisser un commentaire

Master Archinfo

> Référentiel de compétences

> Présentation, Programme, Candidature

> INF41 Introduction aux humanités numériques


Carnets de recherche