Lettres et textes. Le Berlin intellectuel des années 1800, Anne Baillot

Anne Baillot est chercheuse au sein du département de littérature allemande de l’Université Humboldt à Berlin. En tant que chef de projet, elle nous a présenté son travail sur la reconstitution d’un réseau d’intellectuels à Berlin au début du 19ème siècle avec le groupe de recherche « Les intellectuels berlinois de 1800 à 1830 ».

Cette intervention s’est tenue lors de la matinée d’étude sur les réseaux intellectuels historiques, organisée dans le cadre des activités de MutEC et du cours « Introduction aux Humanités Numériques » du Master Architecture de l’Information (ENS de Lyon).

Ce projet soulève d’importantes questions concernant la recherche et l’édition dans un contexte numérique.

Cliquer ici pour accéder au site en français « Lettres et textes. Le Berlin intellectuel des années 1800 »

A travers cette réalisation, Anne Baillot tente notamment de répondre à la question suivante :
→ Comment le concept de réseau peut devenir un outil d’exploitation lorsque des chercheurs souhaitent avoir une démarche historique lors de la création d’une édition électronique ?

 Objectifs du projet et présentation du corpus

Pour révéler ce réseau d’intellectuels berlinois et son impact dans la vie publique de l’époque, Anne Baillot s’est appuyée sur l’édition numérique critique d’un ensemble de textes rédigé entre 1800 et 1830, majoritairement écrit en allemand et parfois en français. Ils ont été  produits par des savants, des écrivains (hommes, femmes), des éditeurs et ont été choisis un peu par hasard, au gré des recherches dans les archives. A travers eux, quatre points sont particulièrement étudiés :

  • Les relations entre l’université et l’académie des sciences
  • Les réseaux de sociabilité plus informels comme les sociétés savantes et les salons
  • La bourgeoisie à travers les chambres de commerce, les ministères, l’armée
  • La communauté française et notamment huguenote, au vu de l’influence considérable de la culture française jusqu’aux guerres napoléoniennes

Du projet de recherche mené pour réaliser l’édition numérique découle donc un projet de recherche sur les réseaux d’intellectuels.

Au sein de ce corpus, mis en ligne progressivement à partir de mars 2012, les genres littéraires sont mélangés. L’objectif est justement de comparer et d’analyser les différents modes et structures de communication dans toutes leurs variétés.  Le corpus est composé de : « 60% de lettres, 15% de manuscrits d’œuvres, 15% de notes de cours, 10% de protocoles et rapports. »

La finalité était d’obtenir une édition numérique à entrées multiples. Pour cela, des index de personnes (410 entrées), œuvres (310 entrées) et lieux (215 entrées) ont été créés afin de construire un système de navigation interne par renvois. Pour situer des personnes, des liens ont été créés avec des bases de données extérieures comme celle de la DNB (bibliothèque nationale d’Allemagne). Il faut ensuite identifier et donner un sens aux relations entre les gens, par exemple pour les femmes : mère de, épouse de, maîtresse de …

Le projet ne s’intéresse pas aux idéologies, il n’existe donc pas d’index des concepts.

L’interface de recherche avancée propose plusieurs champs pour naviguer dans la collection. L’usager peut effectuer une recherche via les index ou directement en plein texte dans les textes et les commentaires.

Cliquer ici pour accéder à l’interface de recherche en français.

Afin de parfaire ce travail de recherche sur les réseaux d’intellectuels et les structures de communication, Anne Baillot s’est aussi intéressée à la recréation de bibliothèques virtuelles d’auteurs appartenant aux courants des Lumières ou du Romantisme allemand. Un exemple particulièrement significatif : celui de Boeckh, universitaire allemand. Ses lectures ont pu être reconstituées grâce à des mentions d’œuvres dans les documents numérisés. Cette édition numérique permet des recherches sur la période d’un ouvrage, d’établir des liens entre les libraires berlinois et les éditeurs européens. Effectivement, presque toutes les lettres numérisées contiennent des comptes rendus personnels de lecture, des accusés de réception d’ouvrages, des demandes de lecture, des références …

 Mise en œuvre technique

Les textes disponibles sont tous encodés en XML (TEI) et XSLT. Le lecteur a d’ailleurs accès au code. La conception de l’interface a duré un an. Un large choix de présentation des textes a été pensé pour assurer un accès à l’information approprié. Ce parti pris est intéressant du point de vue de l’expérience utilisateur car selon ses besoins et son profil, le lecteur a différentes possibilités d’envisager le document. Six versions sont ainsi disponibles pour chaque texte :

  • Version par défaut : le fac-simile
  •  Version diplomatique : retranscription au clavier du contenu et de la mise en page du fac-simile, présence de commentaires
  •  Version de lecture : retranscription au clavier du contenu du fac-simile mais au sein d’une mise en page plus adaptée à la lecture, présence de commentaires
  •  Métadonnées : elles renseignent sur les personnes impliquées dans le document : l’expéditeur, le destinataire, les éditeurs (transcription, encodage, commentaires), le statut particulier de l’auteur (plusieurs personnes peuvent être impliqués dans la création d’un manuscrit)
  • Entités : les personnes, œuvres, lieux cités dans le manuscrit (liens cliquables qui renvoient vers les index)
  • Version XML

De nombreux hyperliens internes sont disposés dans ces différentes versions. Ils permettent au lecteur de naviguer aussi par rebond dans le site.

Anne Baillot a par ailleurs souligné la mise en œuvre de l’encodage en aveugle (blind encoding). Cette pratique permet de concevoir une architecture de données sans avoir pour autant planifié précisément le rendu final.

Les questions soulevées

Dans le cadre d’une réflexion sur les Humanités Numériques, des questions se posent sur le rôle du numérique dans l’amélioration de la recherche. Par exemple, la nécessité de maintenir une rigueur scientifique peut parfois rentrer en conflit avec le besoin d’interfaces intuitives.  De même, il n’est pas toujours aisé de proposer un contenu informationnel adéquat à un public à la fois général et composé d’experts. Les possibilités techniques sont à présent importantes mais il est indispensable de bien penser l’architecture des données afin de présenter et valoriser au mieux l’information. Le partage des tâches sur un tel projet entre techniciens et chercheurs interroge aussi. Si l’équipe de chercheurs d’Anne Baillot a pu profiter d’une formation de six mois en programmation, ce n’est pas toujours possible et cela peut poser problème dans le suivi tout au long de leur réalisation de projets aussi techniques.
Mélissa Hernandez & Guillaume Rouvière


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *