Music encoding and multimodality : score, text, image and performance - Raffaele Viglianti

29 décembre 2012
Par

Raffaele Viglianti est étudiant en dernière année de thèse au King's College au département de Digital Humanities. Son travail au sein du département porte sur la numérisation et l’encodage textuel. Durant la conférence (Music encoding and multimodality : score, text, image and performance) du 7 décembre 2012, il nous a présenté différents enjeux liés à la musique et son encodage : contexte et multimodalité.

I) Contexte

Il est important de rappeler que – même en musicologie – les textes sont au cœur des Sciences Humaines et des Sciences alternant entre l’observation et le discours. Représenter la musique n’est pas une chose aisée. On peut assez facilement la transcrire via une notation musicale qui, à ce titre, peut être vue comme du texte. L’étude des performances rend l’entreprise plus complexe mais on peut ainsi obtenir une base de données sonore exploitable. On peut compléter le travail avec l’utilisation de sources historiques.

Pour travailler en musicologie avec des ordinateurs, l’étude part de plusieurs ouvrages de référence dont The Use of computers in Musicological Research de Milton Babbit en 1965. Différents outils existent pour gérer des partitions numériques comme Sibelius, Finale, Musescore et Lylipond. Seul Lylipond est un logiciel libre. Outre le format MIDI largement utilisé dans le monde de la MAO (musique assistée par ordinateur), un autre format – MusicXML – peut être choisi pour l’encodage. Il est utilisé par différents éditeurs pour échanger des notations musicales. Fondé sur le langage XML, il permet de modifier rapidement une partition. Pour la distribution numérique, on peut utiliser l’IMSLP Petrucci Music Library qui contient une collection de partitions digitales tombées dans le domaine public.

On peut citer plusieurs exemples de projets en musicologie :

  • DigiNMA : consacré à Mozart, ce site publie des partitions de l’auteur annoté de commentaires et d’explications ;
  • Digital du Chemin (http://duchemin-dev.haverford.edu/pieces/), projet Renaissance reliant les universités de Tours et de Pennsylvanie. On peut lire des partitions de l’orchestre entier – par instrument – ou de chants (études des règles de notations musicales, utilisation de TEI, vision de la partition fragments par fragments...) ;
  • Liber Usualis (http://ddmal.music.mcgill.ca/liber/) : recueil de chansons de messes du Moyen Âge numérisées. Plusieurs façons de rechercher dans le corpus à travers l’ordre des notes ou les intervalles par exemple.

        Analyser une œuvre dans ces projets se traduit par la recherche de modèles ou motifs, l’identification des structures de musique, l’étude du processus de composition, de l’harmonie, de la mélodie et du rythme. Ces démarches sont possibles en connaissant les notations musicales employées. On peut citer en exemples :

  • http://kern.ccarh.org/ : bibliothèque musicale au format Kern (partition et analyses), avec la possibilité d’exporter dans de nombreux formats les données ;
  • Music Information Retrieval (MIR) : Recherche d'information musicale.
  • http://extras.humdrum.org/man/mkeyscape/wtc/ : carte des harmonies et de leurs changements en schémas de couleurs.

        Le balisage du texte réalisé dans ce but contient des informations intéressantes telles les instructions de jeux, les petites notes, les commentaires, les interventions, les désambiguïsations et les interprétations.

Le balisage des petites notes et des variantes dans la définition du document restent à préciser. Le balisage d’une partition se partage entre deux types : les balises de présentations (pour une page web en HTML, cela correspond aux balises body,  h1, i, p...) et les balises de définitions de documents (en HTML, book, header, title, p...).

II)Multimodalité

         Une analyse de partitions peut montrer sur une même interface l’image numérisée et le texte correspondant comme sur http://mith.umd.edu/tile/. Certains sites web proposent même de voir le manuscrit original avec sa retranscription textuelle en calque transparent apparaissant dessus comme le projet Proust Prototype (http://research.cch.kcl.ac.uk/proust_prototype/) issu des cahiers manuscrits de Proust.

À travers cette question de modalité, deux compréhensions s’affrontent : celle humaine et celle de l’ordinateur. Des outils d’édition de partitions peuvent être utilisés dans un cadre de Digital Humanities. Ces logiciels (http://edirom.de par exemple) sont le support de différentes représentations et des transcriptions issues des partitions.

Plusieurs cas de multimodalité ont été présentés :

Parallèlement à la parution en 2009 du livre Digital critical Editions of music: A Multidimensional Model par F. Wiering, la performance d’une œuvre a été intégré dans plusieurs projets ; elle est en effet un outil d’expression du texte très proche de la source originelle.

Enfin, l’intervenant nous a présenté sa thèse inclue dans le projet Freischütz Digital. Elle comprend des carnets de précisions textuelles de type libretto, partitions et performances.  Un important budget alloué permet d’allier plusieurs médias et partenaires. Les différentes étapes de travail s’organisent comme ceci : récupération des fac-similés des sources, leur balisage, liaison des éditions du livret avec leurs partitions correspondantes, développement d’une publication numérique et exécutions musicales.

Le projet inclut la notation musicale comme composante du texte. Les cibles des éditions numériques restent les musiciens. Le choix entre numérique et papier se posent toujours pour eux. Des outils existent sur tablettes graphiques pour lire les partitions. Certains orchestres sont passés au tout numérique. Mais cet outil sera effectivement au point quand le musicien n’aura plus à tourner la page. Dans certains cas, il est recommandé de connaître la partition par chœur si on n’a pas le temps de tourner la page sur la tablette. Des développements sont en cours pour détecter le bon moment pour tourner la page afin d’améliorer les procédés actuels. On peut citer l’application Tonara par exemple. Lorsqu’on a la partition qui s’affiche lorsqu’on assiste à un concert, on apprécie d’autant plus la musique, du moins si on sait la lire !


Ainsi, nous avons eu un aperçu des problématiques qui parcourent l’édition électronique en musicologie et Digital Humanities. Cette rencontre interdisciplinaire est très récente et de nombreux projets sont en cours un peu partout en Europe et aux Etat-Unis. La présentation abordait à la fois la théorie et l’aspect technique sous divers plans. Cette conférence dense s’est conclue par un débat riche en réaction aux questions diverses et intéressantes.

Lauriane Philippeaux & Luc Rocher


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Compte-rendu de séminaire

Un commentaire pour “ Music encoding and multimodality : score, text, image and performance - Raffaele Viglianti ”

  1. [...] http://kern.ccarh.org/ : bibliothèque musicale au format Kern (partition et analyses), avec la possibilité d'exporter dans de nombreux formats les données ;; Music Information Retrieval (MIR) : Recherche d'information musicale.  [...]

Laisser un commentaire

Master Archinfo

> Référentiel de compétences

> Présentation, Programme, Candidature

> INF41 Introduction aux humanités numériques