Projet BiPram

  • Strahov_Monastery_Library_Prag-1 (2)
  • 5896-07-507

Le colloque sur les réseaux sociaux historiques qui s’est tenu à l’ENS de Lyon le 9 novembre 2010 s’est conclu par l’exposé d’Émilie Charles et Thomas Lebarbé issus du laboratoire Lidilem, EA 609 de Grenoble.
Les deux intervenants travaillent sur le projet BiPram, portant sur l’inventaire d’une bibliothèque privée de l’époque moderne, et réunissant plusieurs partenaires (Université Stendhal, Sorbonne Nouvelle, ENSSIB, Université Lille 3). Le projet est soutenu par la région Rhônes-Alpes pour la thèse d’Émilie Charles notamment et par le Consortium CAHIER qui cherche à rassembler des acteurs en humanités numériques pour l’édition des textes.

Inventaire : liste exhaustive d’entités considérées comme un patrimoine matériel ou une somme de biens (par exemple des livres ou des manuscrits).

Leur objectif est de travailler sur des inventaires d’auteurs à travers le temps, en construisant des outils adaptés pour les éditer et les analyser. Pour l’instant, aucun outil informatique réellement adapté n’existe, ni pour l’inventorisation, ni pour effectuer des recherches.

Leur présentation s’axe autour de quatre points clés.

Monastère de Strahov – photo Gerhard Suster, licence CC BY NC SA 3.0

Aide au spécialiste

L’objectif premier de ce projet est d’aider le spécialiste à constituer des « inventaires ». Par inventaire (catalogo dei libri), on entend aussi bien des listes d’ouvrages, qui des informations sur les formats de chaque livre (in 8 par exemple). Les informations lacunaires, y compris sur le titre de chaque élément, posent de réels problèmes d’organisation. Et un inventaire peut parfois posséder plusieurs milliers de volumes, ce qui ne rend pas la tâche aisée.

Par ailleurs, les logiques d’ordonnancement des listes ne sont pas faciles à connaître. C’est le cas du catalogue d’un auteur de Florence, rédigé avant de partir de Florence de manière précipitée.
Pour des inventaires de bibliothèques, qui peuvent être assez anciens, les informations sont très parcellaires, avec de nombreux volumes sans titre ou sans nom d’auteur…

1. Premier point sur les inventaires

Le projet BiPram a pour ambition de développer un outil permettant à la fois une aide à la transcription et une édition plus claire avec des outils numériques. Différentes captures d’écran du logiciel Morphon XML développé ont été montrées lors de cette présentation, pour un inventaire numérisé (au format XML), avec toute une interface d’édition et de recoupement des manuscrits. Pour plus d’information, rendez-vous sur la page : http://stendhal.msh-alpes.fr/index.php?n=XML.Manuel

Cet outil permet de transcrire de manière plus simple et plus rapide les manuscrits d’inventaire, tout en structurant plus efficacement le document final.

2. Aide à la documentation

Pour étoffer les bases de données, il est ensuite utile d’aller rechercher des informations manquantes du côté des notices de la BNF ou des fiches des auteurs. Cela permet d’intégrer de nombreuses données inexistantes initialement, en conservant la possibilité de les modifier par la suite.

Aide à l’analyse

Cette phase doit permettre de passer d’une donnée isolée à un réseau d’informations, ainsi que d’un document non structuré – texte, manuscrit sous forme d’image ou numérisé – à un document structuré, au format XML par exemple. Le format bibliographique UNIMARC a notamment été utilisé pour organiser les bases d’inventaires.

Ensuite, une étape de décomposition et de reformulation (sujet, verbe, objet) pour créer une structure type entité/association a été effectué. Elle permet différentes analyses possibles :

d’un inventaire (regroupements, quantifications, reconstitution) ;
de plusieurs inventaires d’une même bibliothèque à différentes époques (recoupement).

Note. Il faut parfois faire des hypothèses sur l’inventaire récupéré (sur la structure physique par exemple, l’ordre des rayonnages…).

Identification des réseaux intellectuels

Une fois les inventaires complétés et analyses, tout l’enjeu reste de les comparer conjointement, en tentant de construire des chemins entre auteurs. Avec des entités typées finement, on pourra alors distinguer quel auteur a lu tel autre, tel ouvrage, ou tel exemplaire particulier d’un ouvrage. Cette étape nécessite donc la création de nouvelles fiches et de nouveaux liens de sens, afin d’ordonner l’inventaire sous forme d’un graphe orienté.

Il est possibilités pour les chercheurs d’avoir un inventaire personnel qui peut être croisé avec ceux d’autres personnes. Cela leur permet à des chercheurs de faire leur propre inventaire. Trois chercheurs du projet BiPram travaillent sur trois auteurs qui se font écho : Machiavel, Alfieri, Stendhal. Ils peuvent ainsi exhiber les liens entre les auteurs, comme influence dans la constitution française du travail de Machiavel et d’Alfieri.

Constitution d’un réseau social scientifique

L’objectif de ce projet est de mettre en relation les chercheurs eux-mêmes :

  1. en apportant un accompagnement avec un outil informatique ;
  2. pour découvrir d’autres recherches proches (par sérendipité) et échanger autour de la recherche.

L’idée fondatrice était de construire une plate-forme qui soit vraiment un moyen de rentrer en contact avec d’autres chercheurs. Mais plusieurs enjeux se posent :

  1. à la croisée des métiers et champs disciplinaires de chacun au sein du projet, il semble que la communication soit parfois difficile ;
  2. les utilisateurs n’étant pas des « informaticiens » (sic), il faut trouver des moyens simples de transmettre de la connaissance à ceux qui ne sont pas au fait des technologies utilisées ;
  3. le crowd-sourcing communautaire qui pourrait être mis en place pour enrichir la base demande beaucoup d’énergie et apporte plusieurs contraintes en terme de gestion des contenus et de droit d’auteur ;
  4. la fiabilité de l’information rassemblée reste à étudier : quel degré de confiance peut-on dans les recherches d’un chercheur, dans ses hypothèses de travail ?
  5. avec l’ajout de contenu, des soucis d’optimisation se posent. Et les inventaires préexistants avec beaucoup d’entrées rendent déjà le réseau complexe et lourd.

Même si le projet n’est encore qu’à l’état embryonnaire, de nombreux risques dans sa conception restent à consolider pour construire une réelle communauté autour des inventaires numériques.

Conclusion

BiPram est un projet d’envergure avec de belles perspectives en raison de ses objectifs et de son public cible. Une fois finalisé, il pourra servir de support dans la communauté scientifique ; nous attendons ce moment-là avec impatience.


Billet rédigé par Lauriane Philippeaux et Luc Rocher, élèves en Master Architecture de l’Information à l’ENS de Lyon.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *