Des hommes et des textes en réseau : le cas de Florence

Dans le cadre d’une séance le 9 novembre dernier consacrée aux réseaux intellectuels historiques, nous nous sommes demandés comment le concept de réseau pouvait être numériquement utilisé comme outil d’exploitation dans une démarche historique, notamment pour aboutir à une édition plus fine des textes.

A cette occasion, nous avons eu la chance d’écouter Elise Leclerc du laboratoire TRIANGLE de l’ENS de Lyon (UMR 5206). Elise Leclerc travaille sur les livres de famille des citoyens florentins aux XIVe et XVe siècles, dans le but de reconstituer une meilleure représentation de la vie politique florentine. Il s’agit d’un travail toujours en cours dans le cadre de son doctorat.

L’objectif est clairement la reconstitution historique. Il s’agit de se demander quelle(s) représentation(s) les gens du peuple de Florence (popolo) se faisaient de leur Cité. En l’absence d’état civil à l’époque, la ressource de base est le livret de famille. C’est un objet hybride d’une grande richesse pour l’historien. S’il relève de l’écriture privée, dans la mesure où il est tenu par les pères de famille à destination de leurs descendants, le livret de famille florentin contient des éléments très variés : enregistrement des naissances et des morts, recettes médicinales, patrimoine immobilier, mais aussi récits d’évènements historiques marquants. La première étape du travail consiste à transformer les informations prosopographiques en base de données numérisées en vue de produire des analyses quantitatives.

Livret de famille et réseau

Si la notion d’”intellectuel” est volontiers anachronique pour l’époque, il n’en reste pas moins que le travail d’Elise Leclerc porte sur les lettrés florentins, qui se trouvent par-là même plus ou moins liés à la vie politique de la Cité. Inversement, la représentation politique est à son tour très conditionnée par l’appartenance à tel ou tel lignage. A ce titre, n’étaient citoyens de la ville que ceux qui pouvaient attester d’un lignage florentin sur trois générations, au moins. Dans ces conditions, le niveau d’analyse ne saurait être l’individu. Il s’agit de penser en termes de réseaux, dans lesquels la famille est le maillon élémentaire. L’intérêt d’étudier les livrets de famille est donc tout à fait justifié.

Le fonctionnement même de la vie politique florentine vient l’illustrer. A Florence, les postes politiques étaient distribués au hasard, mais pas n’importe comment ; aux scrutins locaux, l’usage était de placer des noms de pères de famille dans des bourses électorales, pour être ensuite tirés au sort. Néanmoins, pour qu’une famille puisse être éligible au tirage au sort, plusieurs éléments devaient être pris en compte : le nombre d’individus constituant cette famille, les alliances, les mariages, les lignages…  L’étendue du réseau détermine directement le destin des familles et leur importance. Toute cette cuisine faisait à son tour l’objet de comptes-rendus détaillés par les pères de famille désireux de transmettre l’expérience politique à leurs descendants. Joie pour l’historien. Casse-tête pour les humanités numériques.

Les humanités… évidemment numériques ?

La tâche est la suivante : comment établir les liens entre les personnes, les discours sur la Cité et leurs représentations ? Comment modéliser la densité de ces informations pour croiser réseaux et acteurs ? Comment rendre les données recueillies interopérables, échangeables ? Enfin, comment constituer une base de données assez fine pour répondre aux requêtes qui lui sont posées sur telle ou telle alliance, telle ou telle accointance politique ?

Le travail étant toujours en cours, peu de réponses définitives à ce stade. Néamoins, au vu des questions posées suite à la présentation d’Elise Leclerc, l’auditoire percevait une tendance de plus en plus manifeste. La collusion entre le travail classique de l’historien tel que nous avons pu le connaître et celui de l’ingénieur informaticien est loin d’être un fantasme. Les deux extrémités du spectre tendent même à se confondre en une seule et même pratique, voire en une seule et même personne. En ce sens, l’expression “humanités numériques” ne pourrait être qu’un pis-aller transitoire en attendant de pouvoir parler à nouveau des “humanités” tout court, de toute façon évidemment numériques.

Emmanuelle Ouine & Ghita Benotmane.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *